Tous les articles par Catherine Reverdy

Du programme vers la classe : des ressources pour enseigner

Reverdy Catherine (2014). Du programme vers la classe : des ressources pour enseigner. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 96, novembre. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : 96-novembre-2014

Résumé

Des ressources au cœur du métier d’enseignant ? Qui nourrissent leur réflexion ? Le terme de « ressource » est souvent implicite dans l’activité enseignante, alors qu’elles sont pourtant centrales à plusieurs niveaux :

  • les ressources institutionnelles constituent les références sur lesquelles l’enseignement se fonde ;
  • chaque enseignant se crée tout au long de sa carrière une banque de données de ressources de nature très différente (matérielle ou numérique, par exemple), qui façonne sa manière d’enseigner ;
  • chaque ressource entre dans un processus cyclique : elle est choisie, transformée, adaptée pour les élèves, re-modifiée, ré-adaptée, abandonnée, mise de côté ou retrouvée, étoffée, partagée, publiée…

Ce dossier de veille de l’IFÉ s’inscrit dans le cadre de la revue de littérature du projet « Ressources vivantes pour l’enseignement et l’apprentissage » (ReVEA), réponse acceptée à l’appel « Apprentissages », lancé en 2013 par l’Agence nationale de la recherche. Il aborde la complexité de la notion de ressource, à travers les différentes définitions de ce que peut être une ressource pour enseigner, les différents types de ressources qui apparaissent dans la littérature de recherche (des manuels scolaires aux cartes de géographie, des ressources prêtées par les collègues aux sites associatifs enseignants) et les usages que les enseignants en font au quotidien, dans l’objectif d’un meilleur apprentissage des élèves.

La création des ressources et/ou leur mutualisation sont réalisées par les enseignants à plusieurs niveaux, aussi bien au niveau individuel que dans l’établissement scolaire, ou qu’au niveau national, dans des communautés de pratique ou dans des collectifs enseignants, qui sont souvent disciplinaires en France. Au niveau international, le courant de l’open education (ou « éducation libre », dans le sens d’accessible) promeut les ressources éducatives libres (ou open educational resources, OER), créant ainsi une sorte d’immense banque de données internationale mutualisant les ressources des enseignants. La création de ressources prend ainsi le pas sur la simple utilisation des ressources, notamment au niveau de la formation des enseignants.

Continuer la lecture de Du programme vers la classe : des ressources pour enseigner

De l’université à la vie active

Reverdy Catherine (2014). De l’université à la vie active. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 91, mars. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : DV 91-mars-2014

Résumé

Tout étudiant doit s’insérer un jour dans le monde du travail. Cette affirmation qui paraît évidente soulève de nombreuses questions, à l’heure où les universités ont désormais comme troisième mission (après la recherche et l’enseignement) d’insérer et de suivre leurs étudiants dans leur vie professionnelle. Comment préparent-elles les étudiants à la vie active ? Est-ce au niveau des formations elles-mêmes, les rendant plus professionnalisantes, c’est-à-dire en rapprochant l’université du monde du travail et en développant des compétences attendues par les employeurs ? Cela peut-il s’appliquer à toutes les formations, y compris les formations généralistes ? Ce sont toutes ces questions qu’aborde ce Dossier de veille.
Au-delà de l’offre de formation à créer ou à modifier, la professionnalisation interroge également les pratiques pédagogiques des enseignants du supérieur. Différentes méthodes sont de plus en plus utilisées dans les universités, comme les pédagogies actives et l’élaboration de référentiels de compétences (inspirés de ceux des branches professionnelles concernées), permettant une mise en situation professionnelle des étudiants et un développement de leurs compétences professionnelles.
Depuis la dernière loi sur l’enseignement supérieur (de juillet 2013), l’éducation à l’entrepreneuriat est désormais institutionnalisée, les universités ayant pour double mission de développer l’esprit d’entreprendre des étudiants et de favoriser les créations d’entreprise : la gestion de projet, la prise de risque, l’esprit d’initiative sont encouragés pour tous les étudiants.
Parallèlement à ces modifications pédagogiques ou structurelles, les universités doivent également s’appuyer sur les enquêtes d’insertion de leurs étudiants pour améliorer leur accompagnement vers le marché du travail. Ce Dossier envisage également l’intérêt et le rôle du stage dans les formations professionnalisantes puis l’engouement récent pour les formations en alternance dans l’enseignement supérieur comme levier pour mieux s’insérer.

Continuer la lecture de De l’université à la vie active

Neurosciences et éducation : la bataille des cerveaux

Gaussel Marie & Reverdy Catherine (2013). Neurosciences et éducation : la bataille des cerveaux. Dossier d’actualité Veille et Analyses IFÉ, n° 86, septembre. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : 86-septembre-2013

Résumé

Les débats houleux entre neurosciences et éducation existent depuis quelques décennies, mais prennent un nouveau tournant depuis les progrès considérables faits en imagerie cérébrale. Ces techniques produisent aujourd’hui de fascinantes images d’un cerveau qui semble s’activer sous l’effet de la pensée. Qu’en est-il réellement ? Quelles sont les avancées dans ce domaine qui intéressent directement l’éducation et les élèves ? Comment peut-on appliquer ces résultats en salle de classe ?
Ce Dossier d’actualité n° 86 de septembre 2013 aborde la manière dont les neurosciences appréhendent l’apprentissage, notamment à travers les recherches qui portent sur le développement cognitif des enfants. Au cœur de domaines très divers comme la biologie, la psychologie, la médecine, l’informatique, la sociologie ou la philosophie, les études sur le cerveau apportent des éléments de réponse aux mécanismes de construction des connaissances par les élèves, des pistes de recherche sur l’origine de certains troubles de l’apprentissage et permettent d’envisager les enjeux liés à la petite enfance sous un nouvel angle.
Nous évoquons également dans ce dossier les répercussions issues de la fascination et du pouvoir « scientifique » qu’exerce la neuro-imagerie sur le public, les enseignants et les décideurs, avec par exemple la volonté de certains neuroscientifiques de transférer les résultats de leurs recherches en salle de classe et de former les enseignants aux méthodes pédagogiques les plus efficaces. Cette « neurophilie » peut également être à l’origine de mauvaises interprétations des résultats de recherche, appelées ici neuromythes.

Vous trouverez dans ce dossier, légèrement différent de sa forme habituelle, des renvois vers des articles de blog (de notre site Éduveille) qui nous ont permis d’approfondir des aspects techniques et d’illustrer nos propos :

Continuer la lecture de Neurosciences et éducation : la bataille des cerveaux

Des projets pour mieux apprendre ?

Reverdy Catherine (2013). Des projets pour mieux apprendre ? Dossier d’actualité Veille et Analyses, n° 82, février. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : 82-février-2013

Résumé

L’apprentissage par projet, né dans les années 1920 en même temps que les autres méthodes actives, a été remis en lumière il y a une trentaine d’années en écho à la tendance de la société à « penser en projet » et dans le but d’engager davantage les élèves dans leur apprentissage. Coexistent alors plusieurs types de projets à l’école, comme les projets éducatifs (qui dépassent le cadre scolaire), pédagogiques (inclus dans la relation entre enseignants et élèves), d’établissement (pour rassembler tous les acteurs locaux et dont sont censés découler les projets pédagogiques) et de formation (concernant l’avenir professionnel des élèves).
Ce dossier s’intéresse surtout aux projets pédagogiques, qui sont très utilisés dans les enseignements proches du monde du travail (enseignements professionnel, technologique ou supérieur), mais qui sont abordés de manière diverse dans toutes les disciplines. L’apprentissage par projet place les élèves ou les étudiants en position d’acteurs responsables de leur projet, ce qui les amène à chercher collectivement des solutions aux problèmes posés par la réalisation concrète du projet et à construire ainsi petit à petit leur apprentissage et leur propre projet personnel et professionnel.

Quels sont les effets réellement constatés sur les acquis des élèves et des étudiants ? Comment faire face aux difficultés de mise en œuvre de cette méthode dans la classe, au niveau de l’établissement ou par rapport aux contenus disciplinaires ? Ces questions sont abordées dans ce dossier, à travers des exemples d’application de l’apprentissage par projet et des résultats de recherche soulignant notamment le rôle clé de l’enseignant dans la structuration du projet et dans l’accompagnement et le soutien aux élèves pendant la réalisation du projet.

Continuer la lecture de Des projets pour mieux apprendre ?

De l’architecture scolaire aux espaces d’apprentissage : au bonheur d’apprendre ?

Musset Marie (2012). De l’architecture scolaire aux espaces d’apprentissage : au bonheur d’apprendre ? Dossier d’actualité Veille et Analyses, n° 75, mai. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : 75-mai-2012

Résumé

Devenu bâtiment spécifique il y a seulement quelques siècles, l’édifice scolaire a revêtu une fonction politique, sociale et pédagogique. Si la pierre semble défier le temps, la massification scolaire, le renouvellement de la pédagogie, les TICE – ainsi que la décentralisation en France – font changer l’école et donc l’espace scolaire.
Comment l’architecture scolaire peut-elle contribuer à la réussite de tous les élèves d’aujourd’hui ? C’est la question essentielle que doivent se poser tous ceux qui sont concernés par l’espace scolaire : pédagogues, usagers et décideurs.
L’architecture publique a comme fonction importante de rendre manifeste des valeurs, ici celles que l’on associe à l’éducation. Avant la seconde guerre mondiale, le bâtiment scolaire a généralement accompagné la construction des États-Nations et soutenu la révolution industrielle, de façons évidemment diverses selon l’autonomie des établissements, très variable selon les pays. L’ensemble des pays occidentaux tient aussi à signifier par son architecture scolaire que l’enseignement primaire et secondaire ne sont pas de la même eau. La démocratisation puis la massification de l’enseignement après la Seconde guerre mondiale changent la donne, tandis que pendant deux siècles des exigences de santé publique et des attentes pédagogiques modèlent de nouveaux espaces scolaires.
Si des pédagogues prennent très au sérieux le rôle de l’espace comme éducateur, c’est la pression des TICE qui semble bousculer radicalement l’architecture scolaire : le terme d’« espaces d’apprentissage » à présent usuel associe une réflexion sur l’espace à l’intégration pédagogique des ressources électroniques et à la prise en compte de la vision holistique de l’apprentissage. Les usages du numérique remettent en jeu l’espace scolaire et le reconfigurent. Construire ou rénover un bâtiment scolaire aujourd’hui signifie donc chercher à accompagner les changements majeurs que sont la « défonctionnalisation », la modularité et la flexibilité de l’espace scolaire. La salle de classe « traditionnelle » est alors logiquement remise en cause.
A des époques très différentes selon les pays, l’école devient un pôle de développement local. L’école est insérée dans le paysage social et intégrée dans son territoire. L’architecture est alors un défi partagé entre l’État, les collectivités territoriales, les usagers…au service de la réussite de tous les élèves. Les concertations entre les différents acteurs se multiplient même si la prise en compte de l’usager est très variable selon les pays et peut être partout encore améliorée. La prise en compte la philosophie de l’éducation qui anime tout projet d’architecture scolaire et la connaissance des processus d’apprentissage fournis par la recherche en éducation sont nécessaires : souvent disponibles en ligne, les ressources pour les architectes, designers, politiques, enseignants et citoyens se multiplient, encourageant à ne pas enseigner pour demain avec les conceptions d’hier.

Continuer la lecture de De l’architecture scolaire aux espaces d’apprentissage : au bonheur d’apprendre ?