Tous les articles par Catherine Reverdy

Éducation au patrimoine : mémoire, histoire et culture commune

Musset Marie (2012). Éducation au patrimoine : mémoire, histoire et culture commune. Dossier d’actualité Veille & Analyses, n° 72, mars. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : 72-mars-2012

Résumé

Les Journées européennes du patrimoine ont popularisé le terme de « patrimoine » en un sens récent et bien particulier : le monument historique, témoin du passé national, tend à s’effacer devant le « bien commun » dans lequel les citoyens peuvent se reconnaître et partager des valeurs. L’« éducation au patrimoine » est assez rapidement devenue un objectif prioritaire au niveau national, européen et mondial. Transversale et pluridisciplinaire, elle prend en France place dans les programmes scolaires (de la maternelle au lycée) en lien avec différents partenaires – dont les associations. Elle semble ne pas faire débat tant foisonnent les ressources et les initiatives pour accompagner les élèves dans l’appropriation d’un patrimoine commun. N’épousant pas forcément les contours des disciplines scolaires, l’« éducation au patrimoine » les concerne toutes en s’intéressant aux connaissances « sur » les contenus patrimoniaux, mais aussi à l’éducation « par » le patrimoine : par le biais de partage d’expériences émotionnelles et artistiques, elle susciterait ou identifierait une communauté de valeurs. Mais la relation triangulaire et dynamique entre patrimoine, histoire et mémoire est complexe, et la plupart des éléments patrimoniaux identifiés comme tels sont imprégnés de conflits du passé, conflits désormais historique mais qu’il convient de revisiter pour éclairer le présent. Il faut donc avoir le courage et prendre le temps d’identifier le potentiel de dissension et de confrontation, de négociation et de consensus que renferme la construction du patrimoine. Cette condition est indispensable pour que le patrimoine puisse devenir un outil d’éducation civique Il est alors important de souligner que le changement est dans la visée d’une part (culture commune, dimension interculturelle qui permet une ouverture à l’autre et non repli identitaire) et dans la méthode d’autre part : c’est le rôle de la pédagogie de l’éducation au patrimoine.

Continuer la lecture de Éducation au patrimoine : mémoire, histoire et culture commune

Regards d’aujourd’hui sur l’enfance

Musset Marie (2011). Regards d’aujourd’hui sur l’enfance. Dossier d’actualité Veille et Analyses, n° 68, novembre. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : 68-novembre-2011

Résumé

Ce dossier explore, sans les épuiser, quelques uns des nouveaux paradigmes de l’enfance. Il a été réalisé dans le cadre du programme POLEART, financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR), porté par le laboratoire de recherche Education, Cultures et Politiques (Lyon 2, ENS-IFÉ, UJM), associé au centre Max Weber (CNRS), au laboratoire Profeor-Cirel (Lille 3), et au CRIFPE (Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession d’enseignant, Québec).

L’enfance mobilise les chercheurs et passionne les médias. Du côté de la recherche, la sociologie de l’enfance actuelle recouvre en partie le terme anglo-saxon de Childhood studies, né dans les années 1990. Du côté des médias, les centres d’intérêt sont variés : on s’intéresse à l’enfant roi ou à son avers, l’enfant victime ; on pense identifier un clivage entre les « pédagogues » centrés sur l’enfant et « républicains » privilégiant le savoir ; on se demande si, pour répondre à la crise éducative actuelle, il faut encourager la libération des enfants ou manifester l’autorité de l’adulte.

Phénomène social plus que biologique, l’enfance est une construction sociale, et les représentations de l’enfance dans le monde occidental obéissent à l’influence primordiale du XVIII° siècle. Locke puis Rousseau passionnent durablement les pédagogues et les familles. Foucault a montré l’importance au XVIII° siècle de l’émergence de systèmes classificatoires applicables aussi à la société, qu’elle soit scolaire ou carcérale. Après les travaux de Condorcet et de Leibniz l’enfant « normal » est forcément en bonne santé et « bien élevé » puisque les désordres sociaux et comportementaux sont eux aussi perçus comme des pathologies. Le début du XX° siècle est marqué, lui, par les travaux fondateurs de Piaget, remis en cause depuis quelques dizaines d’années à la suite des découvertes de la psychologie et des sciences cognitives. En outre, un « espace-temps » spécifique à l’enfance est au cœur de la sociologie historique de l’enfance, et les enfants génèrent une véritable culture de l’enfance scrutée et relayée par les producteurs de produits pour enfants, même si les rapports entre la culture de masse et la culture enfantine sont plus complexes que le marketing ne le suppose. A ce consensus s’ajoute la « touche française », caractérisée par l’unicité des rythmes, des méthodes et des moyens dès le plus jeune âge. L’école est devenue le cadre institutionnel de socialisation de référence.

L’enfance est pour certains une période de la vie et pour d’autres un état ou une expérience : à ce titre, il y a toujours un enfant en chacun. La dynamique démocratisante et égalitaire des sociétés modernes fait d’ailleurs s’estomper le critère d’âge qui a longtemps servi de barrière entre l’enfance et l’âge adulte. Devenu sujet lors de la promulgation de la Charte internationale des droits de l’enfant, l’enfant, à la fois dépendant et autonome, est de nos jours un « alter ego paradoxal », tandis que la société contemporaine passe de l’adultocentrisme au pédocentrisme et que s’opposent libérationnistes (child liberationists) et protectionnistes (child caretakers). La plupart des pays européens, confrontés à l’évolution du droit contemporain et notamment à celle de la justice pénale des mineurs, ont tenu compte du fait que l’enfant est un être inachevé qui parvient à la maturité par l’éducation. Née de la démocratisation et entérinant la fin de l’autorité traditionnelle, ce qu’on appelle avec Arendt la crise actuelle de l’autorité trouve sa source dans cette nouvelle représentation de l’enfance : reconnu différent de l’adulte, l’enfant tend en même temps à bénéficier des mêmes droits. Ces changements expliquent que le droit de la famille et les droits de l’enfant soient en crise dans de nombreuses démocraties.

Les discours savants sur l’enfance ont pour caractéristique d’être largement médiatisés depuis les années 1970. Ces savoirs vulgarisés sont souvent décontextualisés lors de leur reformulation médiatique alors même qu’ils produisent des normes savantes qui vont faire référence. Ainsi l’enfance comme « catégorie ayant des droits propres » a accrédité dans le grand public comme dans l’univers du marketing une nouvelle représentation de l’enfant : la satisfaction de ses besoins/droits s’impose comme norme de fonctionnement de la famille et de la société.

Dans ce panorama, l’art tient une place à part : l’accès aux arts fait partie des droits de l’enfant, mais l’expérience esthétique est une rencontre de valeur ontologique dans laquelle est gommée la différence entre l’enfant et l’adulte. La figure de l’enfant artiste participe donc d’une tentative de penser l’enfance autrement.

Continuer la lecture de Regards d’aujourd’hui sur l’enfance

Apprendre à écrire : du mot à l’idée

Musset Marie (2011). Apprendre à écrire : du mot à l’idée. Dossier d’actualité Veille et analyses, n° 62, mai. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : 62-mai-2011

Résumé

L’apprentissage de l’écriture à l’école est une activité qui concerne d’emblée toutes les dimensions de l’écrit, qu’elles soient linguistiques, culturelles ou sociales.

En outre, ce terme polysémique désigne aussi bien l’apprentissage graphique, les dimensions orthographe, lexicale et grammaticale de l’écriture que la production d’écrit.

Contrairement à certaines idées spontanées, « on n’écrit pas pour rien » : apprendre à écrire est un processus social profondément enraciné dans un contexte culturel, bien loin d’une question technique indifférente au sens de ce que l’on écrit.

Ce dossier est consacré aux questions soulevées par la production d’écrits, pratique sociale et cognitive complexe : qu’a-t-on à dire et comment y arrive-t-on ? Quels sont les obstacles à cet apprentissage et les travaux de remédiation à envisager ?

Les enjeux de l’écrit englobent aussi l’expression personnelle et la capacité à faire preuve de créativité dans ses écrits, compétences particulièrement prises en compte au niveau international, notamment à travers les évaluations PISA de l’OCDE.

L’écrit est omniprésent dans nos sociétés et, plus que d’« apprendre à écrire », il s’agit désormais d’entrer dans la « littératie étendue » qui caractérise la société actuelle.

Alors que les exigences en littératies sont de plus en plus importantes, de nombreux pays s’inquiètent des difficultés des élèves, interrogent la recherche interdisciplinaire et font de l’écrit une priorité éducative, soulignant que l’écriture est un outil facilitant l’apprentissage dans toutes les matières. Plus encore, on ne peut aujourd’hui faire l’économie d’une réflexion sur les écritures numériques. Ainsi les enjeux de la production écrite vont largement au-delà de l’acquisition de règles de grammaire et d’orthographe.

Si l’appropriation de l’écrit comme bien culturel dépasse le cadre scolaire, l’école est concernée au travers de tous ses enseignements, et pas seulement la classe de français.

Évoquant des approches et des recherches dans de nombreux pays, ce dossier aborde également le sujet des pratiques d’écriture souhaitables des enseignants et s’interroge sur les bouleversements introduits par les usages numériques.

Continuer la lecture de Apprendre à écrire : du mot à l’idée