Tous les articles par Olivier Rey

Le changement, c’est comment ?

Olivier Rey (2016) . Le changement, c’est comment ?  Dossier de veille de l’IFÉ, n°107

Télécharger le dossier en format PDF

Résumé

Modifications de programmes, changements dans la formation des maîtres, promotions de normes pédagogiques, répartition différente des responsabilités de gouvernance, évolution des règles de recrutement des enseignants : les contenus des réformes éducatives suscitent toujours des débats passionnés. Ces sujets, aussi intéressants soient-ils, ne constituent pourtant pas le centre de ce dossier. Nous avons en effet plutôt choisi de centrer notre regard sur la façon dont ces réformes sont conçues et mises en œuvre. Quels dispositifs ? Quelles structures ? Quelles ressources ? Quels outils ? Quels acteurs ? Quels réseaux ? Qu’est-ce qui permet l’implantation d’une réforme sur le terrain ? Pourquoi les changements réussissent plus ou moins bien à se concrétiser dans le quotidien des classes ? Il s’agit ici de faire un pas de côté par rapport aux contenus conjoncturels des politiques pour identifier des caractères récurrents de ces politiques qui pourraient expliquer une part de leurs échecs ou de leurs réussites.

Au niveau international, des chercheurs et experts des politiques publiques ont en effet accumulé depuis plusieurs dizaines d’années des savoirs consistants sur le changement éducatif. La confrontation de leurs grilles d’analyse, illustrées par diverses configurations concrètes dans plusieurs pays, permet souvent de mieux saisir les difficultés de conceptions de telle ou telle réforme. Malgré les différences entre cadres théoriques et courants de pensée, certaines convergences des recherches sont incontestables. Elles tendent notamment à identifier l’engagement des acteurs de terrain comme un facteur clé d’évolution des pratiques éducatives. Si chaque courant se nourrit constamment des apports des autres dans l’étude de leurs objets, il reste pourtant utile de s’attacher aux spécificités respectives des différentes approches car elles permettent de mieux distinguer les nuances et les contours de ce qu’on appelle une réforme éducative.

Dans un premier temps, nous évoquerons les limites des conceptions ou perceptions spontanées du changement éducatif, pour mieux comprendre l’intérêt d’analyses étayées par des recherches. Nous aborderons ensuite les approches les plus répandues, généralement d’inspiration fonctionnaliste, dominées par la recherche d’une certaine efficacité rationnelle. Nous verrons ensuite que la sociologie a permis de mieux saisir la diversité des logiques des organisations qui constituent le champ éducatif, ce qui éclaire certains problèmes rencontrés dès lors que l’on s’attache à modifier les pratiques. La prise en considération croissante des représentations et des croyances des acteurs nous amènera, enfin, à aborder la perspective néo-institutionnaliste qui accorde une place centrale à la question de la légitimation comme facteur de réussite ou d’échec des réformes.

Continuer la lecture de Le changement, c’est comment ?

Scolarité obligatoire et socle commun

Rey Olivier (2014). Scolarité obligatoire et socle commun après la loi de refondation- Note de veille. Lyon : Ifé- ENS de Lyon.

L’adoption, la mise en place et l’installation dans le temps du socle commun en France représentent par bien des aspects un infléchissement significatif voire une révolution dans la tradition française de production des contenus d’enseignement. En posant les enjeux à un niveau politique, en introduisant des concepts à résonance internationale et en soulevant immédiatement des interrogations sur l’ensemble du processus scolaire (matières, disciplines, parcours, supports, évaluations, etc.), le socle commun a lancé une réflexion d’ensemble sur ce qu’il est convenu d’appeler le « curriculum » dans le contexte hexagonal (Gauthier et Le Gouvello, 2009 ; Gauthier, Coquidé et Raulin, 2011). S’il a provoqué des controverses, tant dans les milieux professionnels et syndicaux que dans les milieux académiques ou polémiques, le principe d’un socle commun correspondant à la scolarité obligatoire a néanmoins été conforté par-delà les évolutions et les alternances politiques de ces dernières années.

La confirmation du principe du socle commun dans la durée n’a pas en revanche épuisé la discussion autour d’un certain nombre de points tels que la détermination plus précise de son périmètre ou la déclinaison de ses principes au niveau des programmes et des évaluations. Ainsi, le mot « culture » a été ajouté aux mots « connaissances et compétences » pour définir le socle commun dans la récente loi de Refondation de l’école de 2013.

Cette note vise par conséquent à restituer un certain nombre de réflexions et de travaux de chercheurs susceptibles d’éclairer le débat sur ce que nous appelons une évolution « curriculaire » majeure.

Une caractéristique majeure des écrits et des propos tenus sur les questions liées au socle commun, même dans les milieux académiques, consiste à naturaliser à l’excès des catégories d’entendement, des objets et des frontières académiques, en effaçant leur caractère contingent. Il en est ainsi de telle ou telle « discipline » scolaire, dont on présume souvent implicitement que la configuration qu’elle a prise en France trouve son origine dans la nature des savoirs qu’elle recouvre, alors qu’un peu de recul historique ou spatial amène à relativiser largement ce genre de réflexe identitaire spontané. Que la géographie soit par exemple accolée à l’histoire dans l’enseignement ne va par exemple pas plus de soi que le fait que l’éducation à la citoyenneté émane de l’histoire ou que les religions soient étudiées – ou non – durant la scolarité obligatoire.

Or, dans un domaine où la réflexion sur la civilisation et les valeurs à vocation universelle est décisive pour identifier ce que pourrait être une « culture » au centre de l’éducation, une vigilance particulière est de mise afin de restituer l’ensemble des choix raisonnés en vue d’une politique curriculaire, au sens plein de l’expression. Continuer la lecture de Scolarité obligatoire et socle commun

Entre laboratoire et terrain : comment la recherche fait ses preuves en éducation

Rey Olivier (2014). Entre laboratoire et terrain : comment la recherche fait ses preuves en éducation. Dossier de veille de l’IFÉ, n°89, janvier. Lyon : ENS de Lyon.

Dossier également consultable en format PDF.

Les chroniqueurs et les éditorialistes se sont enflammés lors de la publication des résultats de la dernière édition PISA : pourquoi ne va-t-on pas regarder ailleurs ce que font les autres pour faire progresser leur éducation ? Dans ce cadre, certains ont suggéré qu’il fallait rechercher et populariser des solutions appuyées sur la science, comme cela se ferait dans certains pays, au nom de l’evidence-based education.

Il faut dire qu’un récent rapport1 estimait que les pays membres de l’OCDE dépensaient 15,5 fois plus en matière de recherche médicale qu’en matière de recherche en éducation, alors même que le secteur de la santé est, en termes financiers, moins important que le secteur éducatif. Ce simple constat pourrait suffire à justifier un intérêt accru aux recherches en éducation. Oui mais voilà : en France comme dans la plupart des pays développés, la recherche en éducation « traditionnelle » a mauvaise réputation.

Alors qu’il est fréquent de voir de hauts responsables faire appel à leurs expériences d’élèves ou invoquer la scolarité de leurs enfants pour appuyer leur vision de l’éducation, les mêmes n’hésitent pas à critiquer les recherches « pédagogiques » pour leur manque de rigueur scientifique. Pourquoi cette situation paradoxale ? Pourquoi la recherche en éducation doit-elle toujours faire la preuve aussi bien de sa valeur universitaire que de son utilité sur le terrain ?

Dans ce dossier, version largement mise à jour et augmentée d’un dossier paru il y a quelques années (Rey, 2006), nous nous efforçons de restituer les termes d’un débat foisonnant au niveau international.

Après avoir rappelé les enjeux de la situation actuelle, nous essayons de fixer dans un premier temps des repères pour une approche scientifique de l’éducation dans le contexte de la recherche universitaire.

Nous revenons ensuite dans un deuxième temps sur la signification de l’evidence-based education, concept controversé qui a largement débordé son aire anglo-saxonne d’origine pour devenir un terme usuel dans les organisations internationales et qui est importé de façon croissante dans les débats nationaux.

Nous envisageons enfin dans un troisième temps comment peuvent être articulés les rapports entre recherche, pratiques et politiques éducatives, et l’engagement concret des acteurs qui relèvent de ces différents contextes.

Continuer la lecture de Entre laboratoire et terrain : comment la recherche fait ses preuves en éducation

  1. Andréas Shleicher (dir.) (2012). Preparing teachers and developing school leaders for the 21st Century: Lessons from around the world. Paris : OCDE, p. 47. DOI: 10.1787/9789264174559-en. []

Décentralisation et politiques éducatives

Rey Olivier (2013). Décentralisation et politiques éducatives. Dossier d’actualité Veille et Analyses IFÉ, n°83, avril. Lyon : ENS de Lyon

Dossier également consultable en format PDF.

Loi dite de « refondation » sur l’école, loi dite « acte III » de la décentralisation : l’actualité parlementaire est incontestablement marquée par l’engagement croissant des collectivités territoriales dans les questions éducatives. La présence active de nombreux élus locaux avait déjà été notée dans la concertation pour la refondation de l’école de l’été dernier. Néanmoins, la problématique du « local » dans les politiques éducatives a largement été dominée, ces dernières semaines, par le débat sur les rythmes scolaires. Nous ne traiterons pas ici de cette dernière question, abordée à l’occasion d’un récent dossier consacré à la pluralité des temps éducatifs (Gaussel, 2013). Nous souhaitons plutôt mettre en perspective l’actualité des réformes au regard de la thématique plus générale de la décentralisation dans l’éducation, en mobilisant pour ce faire les conclusions de quelques travaux de recherche menés directement ou indirectement sur ce thème.

Après avoir rappelé dans un premier temps les différents concepts utilisés pour aborder le sujet, nous réaliserons un bref historique des différentes vagues de décentralisation éducative en France dans un deuxième chapitre. Dans le troisième, nous essaierons d’examiner de façon plus détaillée la signification de ce qu’on appelle de plus en plus souvent des politiques éducatives locales,  en croisant les études  menées depuis un dizaine d’années et portant sur des niveaux territoriaux et politiques différents. Enfin, dans une quatrième partie, un panorama international nous permettra d’approcher les différentes façons dont la décentralisation éducative a été abordée à travers le monde, avec des focus sur des contextes particuliers en Suède, en Angleterre, aux États-Unis ou encore en Amérique Latine.

Continuer la lecture de Décentralisation et politiques éducatives

Le défi de l’évaluation des compétences

 Rey Olivier (2012) . Le défi de l’évaluation des compétences . Dossier d’actualité Veille et Analyse, n°76, juin. Lyon : ENS de Lyon.

Dossier également consultable en format PDF

L’adoption du socle commun de connaissances et de compétences en 2005 en France a suscité de nombreux débats. Malgré diverses hésitations politiques, l’objectif global du socle a finalement été confirmé depuis et ne semble pas devoir être remis en cause par la nouvelle majorité. La généralisation des livrets de compétence dans les établissements scolaires induit en revanche des questions concrètes qui font souvent de l’évaluation le vrai point d’entrée des compétences dans les classes. Si de nombreux travaux ont permis de préciser ce que peuvent être les compétences dans l’éducation, leur évaluation reste en effet problématique. Pour passer d’une évaluation traditionnelle des savoirs à une prise en compte des compétences, les acteurs du système éducatif semblent privilégier la voie de changements incrémentaux. Peut-on faire l’économie d’une révolution traumatisante et donc probablement inefficace au risque de dénaturer les vrais changements dont devrait être porteuse une évaluation des compétences ?

Continuer la lecture de Le défi de l’évaluation des compétences