Archives de catégorie : Apprentissages et difficultés d’apprentissage

L’essentiel sur… : L’utilisation de l’interdisciplinarité dans le secondaire

Reverdy Catherine (2016). « L’utilisation de l’interdisciplinarité dans le secondaire ». Document Veille & Analyses, IFÉ. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : Reverdy_2016_Interdisciplinarité

 

La problématique de l’interdisciplinarité telle que présentée dans la réforme du collège prévue en 2016 en France est beaucoup plus large que la question déjà complexe des contenus d’enseignement. En effet elle touche dans le second degré à l’identité professionnelle des enseignants, définie par l’appartenance disciplinaire ; elle touche aux pratiques pédagogiques des enseignants, qui devront être explicitées entre collègues de différentes disciplines alors qu’elles restent souvent la propriété de chaque enseignant ou de chaque discipline ; elle touche également aux formes de travail dans l’établissement, qui doivent être collectives alors que les enseignants ont traditionnellement l’habitude de travailler seuls ; elle touche enfin à l’autonomie des établissements, puisqu’il revient au collectif local de faire les choix des projets interdisciplinaires, à l’échelle du cycle et à l’échelle de l’établissement.

On comprend que cette question cristallise les débats et soit complexe à aborder dans son intégralité. Nous déclinerons ici les principaux résultats des recherches en éducation sur le thème de l’interdisciplinarité et nous présenterons quelques pistes pour dépasser les contraintes évoquées, en incluant un autre thème au cœur de la réforme du collège, même s’il apparaît moins dans les débats : l’apprentissage par projet.

Continuer la lecture de L’essentiel sur… : L’utilisation de l’interdisciplinarité dans le secondaire

Les nouveaux étudiants, d’hier à aujourd’hui

Endrizzi Laure & Sibut Florence (2015). Les nouveaux étudiants, d’hier à aujourd’hui. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 106, Décembre. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format pdf (40 pages) : 106-decembre-2016

Résumé

Caractériser les étudiants d’aujourd’hui est une entreprise complexe tant leurs profils, leurs expériences et leurs parcours d’études se révèlent diversifiés. L’hétérogénéité de la population, plus ou moins marquée selon les filières, s’est accrue dans la dernière décennie, notamment avec l’arrivée des nouveaux bacheliers professionnels, l’essor des étudiants étrangers et le développement du travail salarié, rendant la socialisation et l’affiliation aux normes d’études plus complexes. Ces populations étudiantes composites, tant dans leurs caractéristiques socio-démographiques que dans leurs projets, se sont définitivement éloignées de la figure idéale du bachelier « à l’heure », ayant intégré une filière choisie.

L’entrée dans le supérieur, synonyme de ruptures plus ou moins fortes pour les étudiants selon les types d’études, s’accompagne la plupart du temps de l’apprentissage d’un autre rythme et du développement de pratiques d’études plus autonomes. Dans quelle mesure leurs parcours sont-ils réellement subis ? Les projets formulés en amont sont-ils un gage d’investissement dans les études ? Leurs compétences numériques facilitent-elles cette transition vers du travail autonome ? La qualité d’un cours, selon eux, est-elle liée à une méthode pédagogique plutôt qu’à une autre ?

Ces questionnements, au cœur de ce Dossier de veille, nourrissent une réflexion plus globale sur les expériences d’études, basée sur une exploration de la littérature scientifique récente, essentiellement française. Il s’agit en creux d’examiner les conditions de vie et d’études les plus propices à la réussite étudiante et de mettre au jour les décalages potentiels entre étudiants et enseignants en termes d’attentes et de pratiques.

—–

Ce Dossier est réalisé à l’occasion d’une conférence de consensus organisée conjointement par l’Institut français de l’Éducation (ENS de Lyon) et la Direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle (Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche), à Paris les 16 et 17/12/2015, sur le thème « Réussite et échec dans l’enseignement supérieur ».
Continuer la lecture de Les nouveaux étudiants, d’hier à aujourd’hui

La résolution de problèmes de mathématiques au primaire

Feyfant Annie (2015) . La résolution de problèmes de mathématiques au primaire . Dossier de veille de l’IFÉ, n°105. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF :105-novembre-2015

Résumé

L’apprentissage des nombres et des opérations à l’école primaire, à la maternelle d’abord puis dans les premières années de l’enseignement obligatoire est considéré comme essentiel, partout dans le monde, du point de vue des savoirs mathématiques mais aussi pour leur usage dans la vie quotidienne ou professionnelle.

Lorsque les premiers éléments de connaissances semblent acquis, les problèmes mathématiques peuvent devenir source de difficultés alors qu’ils devraient être instruments de facilitation. Quels sont les enjeux de la résolution de problèmes, quels problèmes posent-ils, notamment d’ordre cognitif, quelles préconisations didacticiens et psychologues proposent-ils ? Après le sens du nombre, il convient de donner du sens à la manipulation de données et aux techniques opératoires, sans certitude pour les enseignants du primaire de pouvoir privilégier une stratégie de résolution plutôt qu’une autre…

Continuer la lecture de La résolution de problèmes de mathématiques au primaire

Apprentissage des nombres et opérations : les données du problème

Feyfant Annie (2015) . Apprentissage des mathématiques : les données du problème . Dossier de veille de l’IFÉ, n°102. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : 102-juin-2015

Résumé

Dans le cadre scolaire, les mathématiques sont une discipline (ou matière) comme les autres, sauf que… « dans nos sociétés, les mathématiques sont devenues un domaine fortement valorisé » (Fayol, 2013) et un outil de sélection. Les mathématiques ont été élevées au rang de baromètre de la réussite ou de l’échec scolaire et, dans les évaluations PISA, on s’inquiète du niveau moyen en maths, et plus encore de l’augmentation du nombre d’élèves les « moins performants ».
L’enfant, dès son plus jeune âge doit appréhender les quantités, comprendre comment elles peuvent être associées à des symboles. C’est une affaire de conceptualisation, pas aussi simple qu’une comptine enfantine pourrait le laisser penser. Comment passer d’une intuition des quantités à ce qu’on appelle des mathématiques, quel rôle peut jouer l’École et comment peut-elle mieux faire ? L’acquisition des connaissances et compétences mathématiques suppose une progression continue et raisonnée des apprentissages, une compréhension des difficultés et donc un enseignement adapté.
Ce Dossier de veille de l’IFÉ, en préambule d’une conférence de consensus organisée par le CNESCO, dresse un état des lieux de l’enseignement-apprentissage des nombres et des techniques opératoires au primaire, en Europe.

Dans un premier temps, on constatera les résultats de l’enseignement des mathématiques, au primaire, d’après les évaluations externes, internationales ou nationales. On s’intéressera ensuite aux pratiques enseignantes et à la formation des enseignants, qui apparaissent en filigrane de certaines de ces évaluations pour prendre un peu de recul et étudier les apports et débats de la psychologie ou de la sociologie. Continuer la lecture de Apprentissage des nombres et opérations : les données du problème

Lire pour apprendre, lire pour comprendre

Gaussel Marie (2015) . Lire pour apprendre, lire pour comprendre . Dossier de veille de l’IFÉ, n°101. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : 101-mai-2015

Résumé

La maitrise des compétences littéraires est devenue un enjeu de plus en plus crucial au sein de notre société. La lecture, au delà du cadre de littératie restreinte, est un véritable outil pour interpréter le monde, structurer les expériences et construire des connaissances. Les usages liés à la maitrise de la lecture experte ne découlent pas, à l’instar du langage, de l’immersion naturelle dans la société. La lecture pour apprendre et pour comprendre nécessite un apprentissage spécifique qui fait l’objet encore aujourd’hui de diverses controverses.
Que veut dire savoir lire à notre époque ? Une première définition caractérise l’acte de lire comme la capacité à établir des relations entre les séquences de signes graphiques d’un texte et les signes linguistiques propres à une langue naturelle (phonèmes, mots, marques grammaticales), mais c’est aussi la prise de connaissance du contenu d’un texte écrit. Prendre connaissance, c’est comprendre le sens du texte dans un contexte spécifique. Apprendre à lire revient donc à apprendre à comprendre.
C’est sous cet angle que nous abordons dans ce Dossier de veille les questions de lecture experte ou littéraire, à partir des recherches en psychologie cognitive d’une part, puis de la didactique de la lecture d’autre part.
Nous nous intéresserons plus particulièrement à la place du lecteur au sein de la relation texte/auteur et à la démarche interprétative qu’il doit adopter. En effet, l’acte de lecture aujourd’hui c’est comprendre au delà des simples mots, c’est s’approprier le texte dans une approche sociale et culturelle qui favorise la connaissance des autres et de soi-même. Continuer la lecture de Lire pour apprendre, lire pour comprendre