Archives de catégorie : Formation et développement professionnel des enseignants

Développer l’esprit critique par l’argumentation : de l’élève au citoyen

Gaussel Marie  (2016). Développer l’esprit critique par l’argumentation : de l’élève au citoyen. Dossier de veille de lIFÉ, février, n° 108. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF :108-février-2016

Résumé

On assiste depuis quelques années à un intérêt grandissant pour les pratiques argumentatives dans l’école. L’argumentation trouve une place renouvelée dans les programmes de la scolarité obligatoire dans de nombreux pays, tant comme objet d’apprentissage que comme élément d’une démarche critique propice au développement d’un posture citoyenne. En France, le domaine 3 du socle commun de connaissances, de compétences et de culture place les démarches argumentatives au cœur de la formation de la personne et du citoyen pour la transmission de valeurs fondamentales et de principes inscrits dans la constitution. Acquérir la capacité de juger par soi-même, développer un sentiment d’appartenance à la société, participer activement à l’amélioration de la vie commune sont des objectifs que l’École a pour mission d’enseigner. Avec l’avènement de l’enseignement moral et civique en 2015, c’est aussi l’éducation à la citoyenneté et sa mise en œuvre qui viennent renforcer l’idée d’un enseignement de la pensée réflexive et de l’esprit critique via les principes contenus dans les débats argumentés et discussions à visée philosophique ou toute autre méthode qui met en valeur une pratique démocratique. Si l’argumentation est aujourd’hui sollicitée comme méthode d’apprentissage en classe, elle est également objet d’étude en tant que style littéraire, style rhétorique, pratique langagière, dans l’analyse du discours, comme moyen de communication et comme phénomène linguistique. Dans ce Dossier de veille consacré aux pratiques argumentatives, nous nous intéresserons au développement de la pensée critique, à l’impact de l’enseignement des procédés argumentatifs sur la forme scolaire, à leur influence sur la formation des élèves comme futurs citoyens mais aussi sur leurs capacités à devenir des individus capables de réfléchir par eux-mêmes. Continuer la lecture de Développer l’esprit critique par l’argumentation : de l’élève au citoyen

Le leadership des enseignants au cœur de l’établissement

Reverdy Catherine & Thibert Rémi (2015). Le leadership des enseignants au cœur de l’établissement. Dossier de veille de lIFÉ, n° 104. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : 104-octobre-2015

Résumé

Il est admis que l’échelon essentiel du changement en éducation est l’établissement scolaire. Après s’être intéressé à l’« effet professeur » et l’« effet établissement », sans arriver pour ce dernier à déterminer précisément ce qui relève de l’« effet chef d’établissement », la recherche reconnaît que c’est au niveau du collectif que cela se joue. Les pratiques de leadership des chefs d’établissement sont interrogées, mais aussi le rôle que les enseignants y jouent : tous sont susceptibles d’exercer un leadership au sein de l’établissement, auprès de leurs élèves, auprès de leurs collègues et auprès de l’ensemble de la communauté éducative, au sein et au-delà de l’établissement. Leur rôle apparaît comme indispensable dans la mise en œuvre des réformes éducatives, mais il peut être vécu comme un renforcement de la ligne hiérarchique avec la création d’échelons intermédiaires. Pour autant, les formations au leadership ont des effets positifs, et en premier lieu sur les enseignants (empowerment, confiance en soi, développement professionnel, etc.).

Ce dossier de veille aborde cette évolution vers des enseignants leaders, avant d’analyser les positions formelles de leadership, qui sont souvent bien ancrées et repérables, et de passer à des pratiques de leadership plus informelles, plus diffuses, qui sont considérées comment étant plus pertinentes et efficaces en ce qui concerne la réussite des élèves. La mise en place de communautés d’apprentissage et d’organisation apprenante ne va pas nécessairement de soi et implique un changement de culture professionnelle, qui n’est pas évident à mettre en place.

Continuer la lecture de Le leadership des enseignants au cœur de l’établissement

Production et valorisation des savoirs scientifiques sur l’éducation

Marie Gaussel (2014) . Production et valorisation des savoirs scientifiques sur l’éducation. Dossier de veille de l’IFÉ, n°97, décembre. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : Dossier de veille de l’IFÉ, n°97

 Résumé

La diffusion des savoirs et l’articulation de la science et de la société sont deux processus complexes qui questionnent les problématiques de l’utilisation des connaissances issues de la recherche et leur diffusion auprès des professionnels mais aussi d’un public plus large. C’est pourquoi, dans un contexte de reddition de comptes, en particulier dans le domaine de la recherche public, la question de l’utilité des recherches sur l’éducation est de plus en plus abordée. La démarche scientifique consistant à étudier les faits éducatifs a débouché sur cette catégorie qu’on appelle « recherche en éducation ». Les débats actuels sur l’existence même de cette science sont encore vifs et portent autant sur les clivages paradigmatiques que méthodologiques, à l’image des différents courants et disciplines qui la constituent.

Comme toutes les autres sciences, celles portant sur les faits éducatifs se doivent de respecter les critères de scientificité et de valorisations des productions. C’est sur la question de cumulativité des résultats que les recherches en éducation peuvent paraitre faibles. Il semblerait que des efforts de mobilisation et d’articulation des démarches scientifiques issus des différents champs disciplines constitutifs ne soient pas toujours satisfaisants, en France comme ailleurs. Le Dossier de veille n°97 du mois de décembre donne quelques éléments de réponse sur la façon dont les résultats des recherches sont produits, diffusés et valorisés dans un contexte de mutation du paysage de l’information scientifique, avec en particulier le développement des publications en libre accès.
Continuer la lecture de Production et valorisation des savoirs scientifiques sur l’éducation

Du programme vers la classe : des ressources pour enseigner

Reverdy Catherine (2014). Du programme vers la classe : des ressources pour enseigner. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 96, novembre. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : 96-novembre-2014

Résumé

Des ressources au cœur du métier d’enseignant ? Qui nourrissent leur réflexion ? Le terme de « ressource » est souvent implicite dans l’activité enseignante, alors qu’elles sont pourtant centrales à plusieurs niveaux :

  • les ressources institutionnelles constituent les références sur lesquelles l’enseignement se fonde ;
  • chaque enseignant se crée tout au long de sa carrière une banque de données de ressources de nature très différente (matérielle ou numérique, par exemple), qui façonne sa manière d’enseigner ;
  • chaque ressource entre dans un processus cyclique : elle est choisie, transformée, adaptée pour les élèves, re-modifiée, ré-adaptée, abandonnée, mise de côté ou retrouvée, étoffée, partagée, publiée…

Ce dossier de veille de l’IFÉ s’inscrit dans le cadre de la revue de littérature du projet « Ressources vivantes pour l’enseignement et l’apprentissage » (ReVEA), réponse acceptée à l’appel « Apprentissages », lancé en 2013 par l’Agence nationale de la recherche. Il aborde la complexité de la notion de ressource, à travers les différentes définitions de ce que peut être une ressource pour enseigner, les différents types de ressources qui apparaissent dans la littérature de recherche (des manuels scolaires aux cartes de géographie, des ressources prêtées par les collègues aux sites associatifs enseignants) et les usages que les enseignants en font au quotidien, dans l’objectif d’un meilleur apprentissage des élèves.

La création des ressources et/ou leur mutualisation sont réalisées par les enseignants à plusieurs niveaux, aussi bien au niveau individuel que dans l’établissement scolaire, ou qu’au niveau national, dans des communautés de pratique ou dans des collectifs enseignants, qui sont souvent disciplinaires en France. Au niveau international, le courant de l’open education (ou « éducation libre », dans le sens d’accessible) promeut les ressources éducatives libres (ou open educational resources, OER), créant ainsi une sorte d’immense banque de données internationale mutualisant les ressources des enseignants. La création de ressources prend ainsi le pas sur la simple utilisation des ressources, notamment au niveau de la formation des enseignants.

Continuer la lecture de Du programme vers la classe : des ressources pour enseigner

La qualité de l’enseignement : un engagement des établissements, avec les étudiants ?

Endrizzi Laure (2014). La qualité de l’enseignement : un engagement des établissements, avec les étudiants ? Dossier de veille de l’IFÉ, n°93, juin. Lyon : École normale supérieure de Lyon.

Disponible au format PDF : 93-juin-2014

Résumé

Le fait que l’évaluation de l’enseignement soit considérée comme constitutive de la qualité d’un établissement est assez récent en Europe : sa propagation est clairement un corollaire des travaux d’harmonisation menés dans le cadre du Processus de Bologne, même si certaines initiatives sont antérieures, alors qu’en Amérique du Nord, ces pratiques évaluatives se sont développées dès les années 1960, d’abord chez les étudiants, puis chez les enseignants, avant d’être institutionnalisées.
Pour garantir la qualité de leur enseignement, les établissements d’enseignement supérieur sont amenés à chercher des équilibres à trois niveaux interdépendants (l’institution, les formations et les acteurs, enseignants et étudiants), et à composer avec leurs contraintes externes et leurs potentiels internes pour à la fois développer une culture de l’auto-évaluation, maintenir une offre de formation de qualité et soutenir l’enseignement et l’apprentissage.
Définir la qualité de l’enseignement s’avère cependant une opération complexe, marquée de tensions à la fois idéologiques et méthodologiques qui ne permettent pas de dégager une unanimité, contrairement à l’activité de recherche qui dispose d’indicateurs critiquables mais admis par la communauté scientifique. 30 ans de recherches américaines sur l’évaluation des enseignements (par les étudiants, par les pairs, ou en auto-évaluation), n’ont pas suffi pour résorber ces tensions, mais elles ont produit des analyses d’une grande richesse pour appréhender concrètement les conditions, nécessairement situées, les plus propices à la mise en oeuvre d’une évaluation « efficace », qui contribue à une amélioration des enseignements (et à la réussite étudiante).
Alors que certains modèles plaident pour une combinaison d’éléments contextuels propres à l’établissement, de critères relatifs au processus d’enseignement et d’apprentissage et d’autres en lien avec les résultats de ce processus (insertion professionnelle,…), tous les analystes s’accordent sur le fait que ce sont les variables relatives au processus qui prédisent le mieux la qualité des apprentissages. Autrement dit, c’est au plus près des pratiques d’enseignement et d’apprentissage, au coeur même des relations entre enseignant(s) et étudiants que se fait la différence ; mais ces variables sont aussi les moins bien documentées, les plus controversées et celles qui sont les moins utilisées dans les systèmes d’évaluation.
Dans cette revue de littérature, centrée sur l’Amérique du Nord et l’Europe, nous proposons d’examiner les multiples tensions qui traversent le champ de l’évaluation de l’enseignement et de discuter les conditions propices à son institutionnalisation, dans la perspective d’identifier des pistes d’action. La première partie interroge les modalités évaluatives susceptibles de favoriser une gouvernance réflexive au sein des établissements d’enseignement supérieur : elle rappelle le contexte d’émergence de l’assurance qualité en Europe, évoque les logiques de prestige des classements internationaux et examine les approches multidimensionnelles de l’auto-évaluation. La deuxième partie, consacrée à la situation française, s’intéresse aux réformes qui ont encouragé la responsabilisation progressive des établissements, depuis les jalons posés par la politique de contractualisation, la mise en place d’une évaluation intégrée avec l’AERES et la législation statuant sur l’évaluation des enseignements. La troisième et dernière partie, focalisée sur l’évaluation des enseignements par les étudiants (EEE), discute ce qui rapproche ou au contraire oppose l’évaluation des enseignements, celle des formations et celle des enseignants, en plaidant pour une évolution vers une mise en oeuvre moins stéréotypée et plus stratégique de l’EEE.

Continuer la lecture de La qualité de l’enseignement : un engagement des établissements, avec les étudiants ?