Archives de catégorie : Politiques publiques et gouvernance

Aux frontières de l’École ou la pluralité des temps éducatifs

 Marie Gaussel (2013) . Aux frontières de l’École ou la pluralité des temps éducatifs . Dossier d’actualité Veille et Analyse, n°81

 Résumé

Périscolaire, extrascolaire, extracurriculaire, postscolaire, parascolaire, le vocabulaire est riche pour décrire ce qui existe au delà des frontières de l’École. Comment se présente la vie des enfants en dehors des heures de classe ? Quels sont ces dispositifs péri ou extrascolaire mis en place pour le bénéfice des enfants et de leur famille ? Quelle est la place du « hors l’École » aujourd’hui dans notre société ? Autant de problématiques abordées dans les travaux de recherche français ou internationaux que nous présentons dans ce dossier du mois de janvier 2013. Nous nous intéressons d’abord à la forme scolaire pour mieux en définir les contours, son organisation et la place de l’enfant au cœur de ce système. Nous abordons dans un deuxième temps l’intérêt de la reconnaissance de savoirs multiples et des différents acteurs de l’éducation, les temps éducatifs hors l’École et leur articulation avec les activités périscolaires. Quels sont ces dispositifs, comment se traduisent-ils sur le terrain ? Quels en sont les bénéfices pour l’enfant ? Comment garantir une action efficace et de qualité ? Nous survolerons ces différentes questions à travers une sélection de références et exemples tirés de la littérature de recherche récente.

Continuer la lecture de Aux frontières de l’École ou la pluralité des temps éducatifs

Décentralisation et politiques éducatives

Rey Olivier (2013). Décentralisation et politiques éducatives. Dossier d’actualité Veille et Analyses IFÉ, n°83, avril. Lyon : ENS de Lyon

Dossier également consultable en format PDF.

Loi dite de « refondation » sur l’école, loi dite « acte III » de la décentralisation : l’actualité parlementaire est incontestablement marquée par l’engagement croissant des collectivités territoriales dans les questions éducatives. La présence active de nombreux élus locaux avait déjà été notée dans la concertation pour la refondation de l’école de l’été dernier. Néanmoins, la problématique du « local » dans les politiques éducatives a largement été dominée, ces dernières semaines, par le débat sur les rythmes scolaires. Nous ne traiterons pas ici de cette dernière question, abordée à l’occasion d’un récent dossier consacré à la pluralité des temps éducatifs (Gaussel, 2013). Nous souhaitons plutôt mettre en perspective l’actualité des réformes au regard de la thématique plus générale de la décentralisation dans l’éducation, en mobilisant pour ce faire les conclusions de quelques travaux de recherche menés directement ou indirectement sur ce thème.

Après avoir rappelé dans un premier temps les différents concepts utilisés pour aborder le sujet, nous réaliserons un bref historique des différentes vagues de décentralisation éducative en France dans un deuxième chapitre. Dans le troisième, nous essaierons d’examiner de façon plus détaillée la signification de ce qu’on appelle de plus en plus souvent des politiques éducatives locales,  en croisant les études  menées depuis un dizaine d’années et portant sur des niveaux territoriaux et politiques différents. Enfin, dans une quatrième partie, un panorama international nous permettra d’approcher les différentes façons dont la décentralisation éducative a été abordée à travers le monde, avec des focus sur des contextes particuliers en Suède, en Angleterre, aux États-Unis ou encore en Amérique Latine.

Continuer la lecture de Décentralisation et politiques éducatives

De l’architecture scolaire aux espaces d’apprentissage : au bonheur d’apprendre ?

Musset Marie (2012). De l’architecture scolaire aux espaces d’apprentissage : au bonheur d’apprendre ? Dossier d’actualité Veille et Analyses, n° 75, mai. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : 75-mai-2012

Résumé

Devenu bâtiment spécifique il y a seulement quelques siècles, l’édifice scolaire a revêtu une fonction politique, sociale et pédagogique. Si la pierre semble défier le temps, la massification scolaire, le renouvellement de la pédagogie, les TICE – ainsi que la décentralisation en France – font changer l’école et donc l’espace scolaire.
Comment l’architecture scolaire peut-elle contribuer à la réussite de tous les élèves d’aujourd’hui ? C’est la question essentielle que doivent se poser tous ceux qui sont concernés par l’espace scolaire : pédagogues, usagers et décideurs.
L’architecture publique a comme fonction importante de rendre manifeste des valeurs, ici celles que l’on associe à l’éducation. Avant la seconde guerre mondiale, le bâtiment scolaire a généralement accompagné la construction des États-Nations et soutenu la révolution industrielle, de façons évidemment diverses selon l’autonomie des établissements, très variable selon les pays. L’ensemble des pays occidentaux tient aussi à signifier par son architecture scolaire que l’enseignement primaire et secondaire ne sont pas de la même eau. La démocratisation puis la massification de l’enseignement après la Seconde guerre mondiale changent la donne, tandis que pendant deux siècles des exigences de santé publique et des attentes pédagogiques modèlent de nouveaux espaces scolaires.
Si des pédagogues prennent très au sérieux le rôle de l’espace comme éducateur, c’est la pression des TICE qui semble bousculer radicalement l’architecture scolaire : le terme d’« espaces d’apprentissage » à présent usuel associe une réflexion sur l’espace à l’intégration pédagogique des ressources électroniques et à la prise en compte de la vision holistique de l’apprentissage. Les usages du numérique remettent en jeu l’espace scolaire et le reconfigurent. Construire ou rénover un bâtiment scolaire aujourd’hui signifie donc chercher à accompagner les changements majeurs que sont la « défonctionnalisation », la modularité et la flexibilité de l’espace scolaire. La salle de classe « traditionnelle » est alors logiquement remise en cause.
A des époques très différentes selon les pays, l’école devient un pôle de développement local. L’école est insérée dans le paysage social et intégrée dans son territoire. L’architecture est alors un défi partagé entre l’État, les collectivités territoriales, les usagers…au service de la réussite de tous les élèves. Les concertations entre les différents acteurs se multiplient même si la prise en compte de l’usager est très variable selon les pays et peut être partout encore améliorée. La prise en compte la philosophie de l’éducation qui anime tout projet d’architecture scolaire et la connaissance des processus d’apprentissage fournis par la recherche en éducation sont nécessaires : souvent disponibles en ligne, les ressources pour les architectes, designers, politiques, enseignants et citoyens se multiplient, encourageant à ne pas enseigner pour demain avec les conceptions d’hier.

Continuer la lecture de De l’architecture scolaire aux espaces d’apprentissage : au bonheur d’apprendre ?

Éducation au patrimoine : mémoire, histoire et culture commune

Musset Marie (2012). Éducation au patrimoine : mémoire, histoire et culture commune. Dossier d’actualité Veille & Analyses, n° 72, mars. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : 72-mars-2012

Résumé

Les Journées européennes du patrimoine ont popularisé le terme de « patrimoine » en un sens récent et bien particulier : le monument historique, témoin du passé national, tend à s’effacer devant le « bien commun » dans lequel les citoyens peuvent se reconnaître et partager des valeurs. L’« éducation au patrimoine » est assez rapidement devenue un objectif prioritaire au niveau national, européen et mondial. Transversale et pluridisciplinaire, elle prend en France place dans les programmes scolaires (de la maternelle au lycée) en lien avec différents partenaires – dont les associations. Elle semble ne pas faire débat tant foisonnent les ressources et les initiatives pour accompagner les élèves dans l’appropriation d’un patrimoine commun. N’épousant pas forcément les contours des disciplines scolaires, l’« éducation au patrimoine » les concerne toutes en s’intéressant aux connaissances « sur » les contenus patrimoniaux, mais aussi à l’éducation « par » le patrimoine : par le biais de partage d’expériences émotionnelles et artistiques, elle susciterait ou identifierait une communauté de valeurs. Mais la relation triangulaire et dynamique entre patrimoine, histoire et mémoire est complexe, et la plupart des éléments patrimoniaux identifiés comme tels sont imprégnés de conflits du passé, conflits désormais historique mais qu’il convient de revisiter pour éclairer le présent. Il faut donc avoir le courage et prendre le temps d’identifier le potentiel de dissension et de confrontation, de négociation et de consensus que renferme la construction du patrimoine. Cette condition est indispensable pour que le patrimoine puisse devenir un outil d’éducation civique Il est alors important de souligner que le changement est dans la visée d’une part (culture commune, dimension interculturelle qui permet une ouverture à l’autre et non repli identitaire) et dans la méthode d’autre part : c’est le rôle de la pédagogie de l’éducation au patrimoine.

Continuer la lecture de Éducation au patrimoine : mémoire, histoire et culture commune