De l’architecture scolaire aux espaces d’apprentissage : au bonheur d’apprendre ?

Musset Marie (2012). De l’architecture scolaire aux espaces d’apprentissage : au bonheur d’apprendre ? Dossier d’actualité Veille et Analyses, n° 75, mai. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : 75-mai-2012

Résumé

Devenu bâtiment spécifique il y a seulement quelques siècles, l’édifice scolaire a revêtu une fonction politique, sociale et pédagogique. Si la pierre semble défier le temps, la massification scolaire, le renouvellement de la pédagogie, les TICE – ainsi que la décentralisation en France – font changer l’école et donc l’espace scolaire.
Comment l’architecture scolaire peut-elle contribuer à la réussite de tous les élèves d’aujourd’hui ? C’est la question essentielle que doivent se poser tous ceux qui sont concernés par l’espace scolaire : pédagogues, usagers et décideurs.
L’architecture publique a comme fonction importante de rendre manifeste des valeurs, ici celles que l’on associe à l’éducation. Avant la seconde guerre mondiale, le bâtiment scolaire a généralement accompagné la construction des États-Nations et soutenu la révolution industrielle, de façons évidemment diverses selon l’autonomie des établissements, très variable selon les pays. L’ensemble des pays occidentaux tient aussi à signifier par son architecture scolaire que l’enseignement primaire et secondaire ne sont pas de la même eau. La démocratisation puis la massification de l’enseignement après la Seconde guerre mondiale changent la donne, tandis que pendant deux siècles des exigences de santé publique et des attentes pédagogiques modèlent de nouveaux espaces scolaires.
Si des pédagogues prennent très au sérieux le rôle de l’espace comme éducateur, c’est la pression des TICE qui semble bousculer radicalement l’architecture scolaire : le terme d’« espaces d’apprentissage » à présent usuel associe une réflexion sur l’espace à l’intégration pédagogique des ressources électroniques et à la prise en compte de la vision holistique de l’apprentissage. Les usages du numérique remettent en jeu l’espace scolaire et le reconfigurent. Construire ou rénover un bâtiment scolaire aujourd’hui signifie donc chercher à accompagner les changements majeurs que sont la « défonctionnalisation », la modularité et la flexibilité de l’espace scolaire. La salle de classe « traditionnelle » est alors logiquement remise en cause.
A des époques très différentes selon les pays, l’école devient un pôle de développement local. L’école est insérée dans le paysage social et intégrée dans son territoire. L’architecture est alors un défi partagé entre l’État, les collectivités territoriales, les usagers…au service de la réussite de tous les élèves. Les concertations entre les différents acteurs se multiplient même si la prise en compte de l’usager est très variable selon les pays et peut être partout encore améliorée. La prise en compte la philosophie de l’éducation qui anime tout projet d’architecture scolaire et la connaissance des processus d’apprentissage fournis par la recherche en éducation sont nécessaires : souvent disponibles en ligne, les ressources pour les architectes, designers, politiques, enseignants et citoyens se multiplient, encourageant à ne pas enseigner pour demain avec les conceptions d’hier.

Continuer la lecture de De l’architecture scolaire aux espaces d’apprentissage : au bonheur d’apprendre ?

Quels leaderships pour la réussite de tous les élèves ?

Endrizzi Laure, Thibert Rémi (2012). Quels leaderships pour la réussite de tous les élèves ?. Dossier d’actualité Veille et Analyses, n° 73, avril.

Disponible au format pdf : DA-73-avril-2012

Résumé

Comment le partage des responsabilités au niveau de la direction d’un établissement scolaire peut-il favoriser la réussite des élèves ? Cette question constitue la clé de voûte de ce nouveau dossier d’actualités du service Veille et analyses (n°73), intitulé « Quels leaderships pour la réussite de tous les élèves ? ».

En s’appuyant sur les recherches récentes menées en France et à l’international, il met en évidence la généralisation progressive d’un modèle de direction au service des apprentissages, dans des établissements bénéficiant partout d’une autonomie croissante tout en étant davantage tenus de rendre compte de leurs performances.

Malgré des variations importantes selon les pays et quels que soient les modes de leadership adoptés, la position clé du chef d’établissement est partout réaffirmée, non plus seulement pour gérer l’école, mais aussi pour promouvoir une dynamique pédagogique collective : c’est l’engagement conjoint des équipes de direction et des équipes enseignantes qui est à même de garantir une meilleure réussite des élèves.

Pour autant, si chercheurs et décideurs semblent s’accorder sur l’importance de renforcer le leadership pédagogique au sein des établissements, les réformes entreprises ne parviennent aujourd’hui que marginalement à enrayer la raréfaction des vocations, tant chez les chefs d’établissement que chez les enseignants. Quelles orientations seraient à privilégier pour renverser la tendance ? Quels efforts seraient à consentir pour que ces métiers redeviennent attractifs ? Continuer la lecture de Quels leaderships pour la réussite de tous les élèves ?

Éducation au patrimoine : mémoire, histoire et culture commune

Musset Marie (2012). Éducation au patrimoine : mémoire, histoire et culture commune. Dossier d’actualité Veille & Analyses, n° 72, mars. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : 72-mars-2012

Résumé

Les Journées européennes du patrimoine ont popularisé le terme de « patrimoine » en un sens récent et bien particulier : le monument historique, témoin du passé national, tend à s’effacer devant le « bien commun » dans lequel les citoyens peuvent se reconnaître et partager des valeurs. L’« éducation au patrimoine » est assez rapidement devenue un objectif prioritaire au niveau national, européen et mondial. Transversale et pluridisciplinaire, elle prend en France place dans les programmes scolaires (de la maternelle au lycée) en lien avec différents partenaires – dont les associations. Elle semble ne pas faire débat tant foisonnent les ressources et les initiatives pour accompagner les élèves dans l’appropriation d’un patrimoine commun. N’épousant pas forcément les contours des disciplines scolaires, l’« éducation au patrimoine » les concerne toutes en s’intéressant aux connaissances « sur » les contenus patrimoniaux, mais aussi à l’éducation « par » le patrimoine : par le biais de partage d’expériences émotionnelles et artistiques, elle susciterait ou identifierait une communauté de valeurs. Mais la relation triangulaire et dynamique entre patrimoine, histoire et mémoire est complexe, et la plupart des éléments patrimoniaux identifiés comme tels sont imprégnés de conflits du passé, conflits désormais historique mais qu’il convient de revisiter pour éclairer le présent. Il faut donc avoir le courage et prendre le temps d’identifier le potentiel de dissension et de confrontation, de négociation et de consensus que renferme la construction du patrimoine. Cette condition est indispensable pour que le patrimoine puisse devenir un outil d’éducation civique Il est alors important de souligner que le changement est dans la visée d’une part (culture commune, dimension interculturelle qui permet une ouverture à l’autre et non repli identitaire) et dans la méthode d’autre part : c’est le rôle de la pédagogie de l’éducation au patrimoine.

Continuer la lecture de Éducation au patrimoine : mémoire, histoire et culture commune

Vers une éducation plus innovante et créative

Rey Olivier & Feyfant Annie (2012). Vers une éducation plus innovante et créative. Dossier d’actualité Veille & Analyses, n° 70, janvier.

Disponible au format PDF : 70-janvier-2012

Résumé

Le paysage éducatif de ces dernières années est largement irrigué par les notions de mesure de la réussite scolaire, de poursuite d’une meilleure efficacité, de déploiement d’évaluations des résultats et de tests à tous les niveaux pour s’assurer que les élèves atteignent certains standards de performance. Pour autant, elles coexistent avec les notions de créativité et d’innovation qui sont régulièrement invoquées dans certaines politiques éducatives et dans les documents d’orientation d’organisations internationales comme l’OCDE ou la commission européenne.
Paradoxe ? Contradiction ? On aurait pu spontanément penser que la notion de créativité incarne une « résistance » culturelle face à une modernité uniquement obsédée par les performances économiques, ce qui n’a pas l’air d’être précisément le cas.
Il faut donc aller plus avant et s’interroger sur ce que signifient ces acceptions de la créativité au sein d’un système éducatif, dans un curriculum de formation, en termes de contenus d’enseignement, de méthodes ou d’évaluations, du point de vue des enseignements et des apprentissages, etc.
L’éducation peut en effet augmenter les compétences et la créativité, mais elle n’est pas toujours obligée de le faire.
La créativité est souvent associée à l’innovation, que ce soit à l’échelle du système, de l’établissement éducatif ou de l’individu. Il s’agit bien alors de créer pour innover ou d’innover de façon créative, sans que les deux termes ne puissent être dissociés.
C’est sous cet angle que nous envisagerons l’innovation, sachant que l’innovation peut également être considérée seule et déboucher sur la question plus large des réformes ou du management du changement en éducation. Cette dernière question, beaucoup plus large, ne sera par conséquent qu’effleurée à l’occasion de ce dossier.
De même, nous verrons que les conceptions de l’innovation peuvent largement varier selon les points de vue. En France, l’innovation est souvent associée à l’idée d’expérimentation et vise en grande partie des ajustements locaux visant à améliorer la réussite des élèves et à personnaliser les parcours (DGESCO, 2011) sans forcément impacter directement les contenus d’enseignement. Ailleurs, l’innovation peut concerner jusqu’à l’élaboration d’un curriculum au niveau de l’école.

Continuer la lecture de Vers une éducation plus innovante et créative

Regards d’aujourd’hui sur l’enfance

Musset Marie (2011). Regards d’aujourd’hui sur l’enfance. Dossier d’actualité Veille et Analyses, n° 68, novembre. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : 68-novembre-2011

Résumé

Ce dossier explore, sans les épuiser, quelques uns des nouveaux paradigmes de l’enfance. Il a été réalisé dans le cadre du programme POLEART, financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR), porté par le laboratoire de recherche Education, Cultures et Politiques (Lyon 2, ENS-IFÉ, UJM), associé au centre Max Weber (CNRS), au laboratoire Profeor-Cirel (Lille 3), et au CRIFPE (Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession d’enseignant, Québec).

L’enfance mobilise les chercheurs et passionne les médias. Du côté de la recherche, la sociologie de l’enfance actuelle recouvre en partie le terme anglo-saxon de Childhood studies, né dans les années 1990. Du côté des médias, les centres d’intérêt sont variés : on s’intéresse à l’enfant roi ou à son avers, l’enfant victime ; on pense identifier un clivage entre les « pédagogues » centrés sur l’enfant et « républicains » privilégiant le savoir ; on se demande si, pour répondre à la crise éducative actuelle, il faut encourager la libération des enfants ou manifester l’autorité de l’adulte.

Phénomène social plus que biologique, l’enfance est une construction sociale, et les représentations de l’enfance dans le monde occidental obéissent à l’influence primordiale du XVIII° siècle. Locke puis Rousseau passionnent durablement les pédagogues et les familles. Foucault a montré l’importance au XVIII° siècle de l’émergence de systèmes classificatoires applicables aussi à la société, qu’elle soit scolaire ou carcérale. Après les travaux de Condorcet et de Leibniz l’enfant « normal » est forcément en bonne santé et « bien élevé » puisque les désordres sociaux et comportementaux sont eux aussi perçus comme des pathologies. Le début du XX° siècle est marqué, lui, par les travaux fondateurs de Piaget, remis en cause depuis quelques dizaines d’années à la suite des découvertes de la psychologie et des sciences cognitives. En outre, un « espace-temps » spécifique à l’enfance est au cœur de la sociologie historique de l’enfance, et les enfants génèrent une véritable culture de l’enfance scrutée et relayée par les producteurs de produits pour enfants, même si les rapports entre la culture de masse et la culture enfantine sont plus complexes que le marketing ne le suppose. A ce consensus s’ajoute la « touche française », caractérisée par l’unicité des rythmes, des méthodes et des moyens dès le plus jeune âge. L’école est devenue le cadre institutionnel de socialisation de référence.

L’enfance est pour certains une période de la vie et pour d’autres un état ou une expérience : à ce titre, il y a toujours un enfant en chacun. La dynamique démocratisante et égalitaire des sociétés modernes fait d’ailleurs s’estomper le critère d’âge qui a longtemps servi de barrière entre l’enfance et l’âge adulte. Devenu sujet lors de la promulgation de la Charte internationale des droits de l’enfant, l’enfant, à la fois dépendant et autonome, est de nos jours un « alter ego paradoxal », tandis que la société contemporaine passe de l’adultocentrisme au pédocentrisme et que s’opposent libérationnistes (child liberationists) et protectionnistes (child caretakers). La plupart des pays européens, confrontés à l’évolution du droit contemporain et notamment à celle de la justice pénale des mineurs, ont tenu compte du fait que l’enfant est un être inachevé qui parvient à la maturité par l’éducation. Née de la démocratisation et entérinant la fin de l’autorité traditionnelle, ce qu’on appelle avec Arendt la crise actuelle de l’autorité trouve sa source dans cette nouvelle représentation de l’enfance : reconnu différent de l’adulte, l’enfant tend en même temps à bénéficier des mêmes droits. Ces changements expliquent que le droit de la famille et les droits de l’enfant soient en crise dans de nombreuses démocraties.

Les discours savants sur l’enfance ont pour caractéristique d’être largement médiatisés depuis les années 1970. Ces savoirs vulgarisés sont souvent décontextualisés lors de leur reformulation médiatique alors même qu’ils produisent des normes savantes qui vont faire référence. Ainsi l’enfance comme « catégorie ayant des droits propres » a accrédité dans le grand public comme dans l’univers du marketing une nouvelle représentation de l’enfant : la satisfaction de ses besoins/droits s’impose comme norme de fonctionnement de la famille et de la société.

Dans ce panorama, l’art tient une place à part : l’accès aux arts fait partie des droits de l’enfant, mais l’expérience esthétique est une rencontre de valeur ontologique dans laquelle est gommée la différence entre l’enfant et l’adulte. La figure de l’enfant artiste participe donc d’une tentative de penser l’enfance autrement.

Continuer la lecture de Regards d’aujourd’hui sur l’enfance