Le changement, c’est comment ?

Olivier Rey (2016) . Le changement, c’est comment ?  Dossier de veille de l’IFÉ, n°107

Télécharger le dossier en format PDF

Résumé

Modifications de programmes, changements dans la formation des maîtres, promotions de normes pédagogiques, répartition différente des responsabilités de gouvernance, évolution des règles de recrutement des enseignants : les contenus des réformes éducatives suscitent toujours des débats passionnés. Ces sujets, aussi intéressants soient-ils, ne constituent pourtant pas le centre de ce dossier. Nous avons en effet plutôt choisi de centrer notre regard sur la façon dont ces réformes sont conçues et mises en œuvre. Quels dispositifs ? Quelles structures ? Quelles ressources ? Quels outils ? Quels acteurs ? Quels réseaux ? Qu’est-ce qui permet l’implantation d’une réforme sur le terrain ? Pourquoi les changements réussissent plus ou moins bien à se concrétiser dans le quotidien des classes ? Il s’agit ici de faire un pas de côté par rapport aux contenus conjoncturels des politiques pour identifier des caractères récurrents de ces politiques qui pourraient expliquer une part de leurs échecs ou de leurs réussites.

Au niveau international, des chercheurs et experts des politiques publiques ont en effet accumulé depuis plusieurs dizaines d’années des savoirs consistants sur le changement éducatif. La confrontation de leurs grilles d’analyse, illustrées par diverses configurations concrètes dans plusieurs pays, permet souvent de mieux saisir les difficultés de conceptions de telle ou telle réforme. Malgré les différences entre cadres théoriques et courants de pensée, certaines convergences des recherches sont incontestables. Elles tendent notamment à identifier l’engagement des acteurs de terrain comme un facteur clé d’évolution des pratiques éducatives. Si chaque courant se nourrit constamment des apports des autres dans l’étude de leurs objets, il reste pourtant utile de s’attacher aux spécificités respectives des différentes approches car elles permettent de mieux distinguer les nuances et les contours de ce qu’on appelle une réforme éducative.

Dans un premier temps, nous évoquerons les limites des conceptions ou perceptions spontanées du changement éducatif, pour mieux comprendre l’intérêt d’analyses étayées par des recherches. Nous aborderons ensuite les approches les plus répandues, généralement d’inspiration fonctionnaliste, dominées par la recherche d’une certaine efficacité rationnelle. Nous verrons ensuite que la sociologie a permis de mieux saisir la diversité des logiques des organisations qui constituent le champ éducatif, ce qui éclaire certains problèmes rencontrés dès lors que l’on s’attache à modifier les pratiques. La prise en considération croissante des représentations et des croyances des acteurs nous amènera, enfin, à aborder la perspective néo-institutionnaliste qui accorde une place centrale à la question de la légitimation comme facteur de réussite ou d’échec des réformes.

Continuer la lecture de Le changement, c’est comment ?

Édulab : Laboratoire d’idées sur l’avenir de l’enseignement supérieur

Institut français de l’éducation (2016). « Édulab : Laboratoire d’idées  sur l’avenir de l’enseignement supérieur ». Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format pdf (113 p.) :  recueil Édulab

Le laboratoire d’idées ÉDULAB, lancé publiquement à l’automne 2015, visait à répondre à une demande de la DGESIP (Direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle, MENESR) faite à l’IFÉ d’encourager la mise en réseau des acteurs concernés par les questions d’enseignement dans le supérieur.

Le projet a été réalisé à l’initiative de l’unité opérationnelle Veille et analyses de l’IFÉ, sous la responsabilité de Laure Endrizzi et Florence Sibut, avec le soutien de Pierre Bénech, ingénieur pédagogique à l’ENS de Lyon.
Continuer la lecture de Édulab : Laboratoire d’idées sur l’avenir de l’enseignement supérieur

L’essentiel sur… : L’utilisation de l’interdisciplinarité dans le secondaire

Reverdy Catherine (2016). « L’utilisation de l’interdisciplinarité dans le secondaire ». Document Veille & Analyses, IFÉ. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : Reverdy_2016_Interdisciplinarité

 

La problématique de l’interdisciplinarité telle que présentée dans la réforme du collège prévue en 2016 en France est beaucoup plus large que la question déjà complexe des contenus d’enseignement. En effet elle touche dans le second degré à l’identité professionnelle des enseignants, définie par l’appartenance disciplinaire ; elle touche aux pratiques pédagogiques des enseignants, qui devront être explicitées entre collègues de différentes disciplines alors qu’elles restent souvent la propriété de chaque enseignant ou de chaque discipline ; elle touche également aux formes de travail dans l’établissement, qui doivent être collectives alors que les enseignants ont traditionnellement l’habitude de travailler seuls ; elle touche enfin à l’autonomie des établissements, puisqu’il revient au collectif local de faire les choix des projets interdisciplinaires, à l’échelle du cycle et à l’échelle de l’établissement.

On comprend que cette question cristallise les débats et soit complexe à aborder dans son intégralité. Nous déclinerons ici les principaux résultats des recherches en éducation sur le thème de l’interdisciplinarité et nous présenterons quelques pistes pour dépasser les contraintes évoquées, en incluant un autre thème au cœur de la réforme du collège, même s’il apparaît moins dans les débats : l’apprentissage par projet.

Continuer la lecture de L’essentiel sur… : L’utilisation de l’interdisciplinarité dans le secondaire

Les nouveaux étudiants, d’hier à aujourd’hui

Endrizzi Laure & Sibut Florence (2015). Les nouveaux étudiants, d’hier à aujourd’hui. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 106, Décembre. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format pdf (40 pages) : 106-decembre-2016

Résumé

Caractériser les étudiants d’aujourd’hui est une entreprise complexe tant leurs profils, leurs expériences et leurs parcours d’études se révèlent diversifiés. L’hétérogénéité de la population, plus ou moins marquée selon les filières, s’est accrue dans la dernière décennie, notamment avec l’arrivée des nouveaux bacheliers professionnels, l’essor des étudiants étrangers et le développement du travail salarié, rendant la socialisation et l’affiliation aux normes d’études plus complexes. Ces populations étudiantes composites, tant dans leurs caractéristiques socio-démographiques que dans leurs projets, se sont définitivement éloignées de la figure idéale du bachelier « à l’heure », ayant intégré une filière choisie.

L’entrée dans le supérieur, synonyme de ruptures plus ou moins fortes pour les étudiants selon les types d’études, s’accompagne la plupart du temps de l’apprentissage d’un autre rythme et du développement de pratiques d’études plus autonomes. Dans quelle mesure leurs parcours sont-ils réellement subis ? Les projets formulés en amont sont-ils un gage d’investissement dans les études ? Leurs compétences numériques facilitent-elles cette transition vers du travail autonome ? La qualité d’un cours, selon eux, est-elle liée à une méthode pédagogique plutôt qu’à une autre ?

Ces questionnements, au cœur de ce Dossier de veille, nourrissent une réflexion plus globale sur les expériences d’études, basée sur une exploration de la littérature scientifique récente, essentiellement française. Il s’agit en creux d’examiner les conditions de vie et d’études les plus propices à la réussite étudiante et de mettre au jour les décalages potentiels entre étudiants et enseignants en termes d’attentes et de pratiques.

—–

Ce Dossier est réalisé à l’occasion d’une conférence de consensus organisée conjointement par l’Institut français de l’Éducation (ENS de Lyon) et la Direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle (Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche), à Paris les 16 et 17/12/2015, sur le thème « Réussite et échec dans l’enseignement supérieur ».
Continuer la lecture de Les nouveaux étudiants, d’hier à aujourd’hui

La résolution de problèmes de mathématiques au primaire

Feyfant Annie (2015) . La résolution de problèmes de mathématiques au primaire . Dossier de veille de l’IFÉ, n°105. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF :105-novembre-2015

Résumé

L’apprentissage des nombres et des opérations à l’école primaire, à la maternelle d’abord puis dans les premières années de l’enseignement obligatoire est considéré comme essentiel, partout dans le monde, du point de vue des savoirs mathématiques mais aussi pour leur usage dans la vie quotidienne ou professionnelle.

Lorsque les premiers éléments de connaissances semblent acquis, les problèmes mathématiques peuvent devenir source de difficultés alors qu’ils devraient être instruments de facilitation. Quels sont les enjeux de la résolution de problèmes, quels problèmes posent-ils, notamment d’ordre cognitif, quelles préconisations didacticiens et psychologues proposent-ils ? Après le sens du nombre, il convient de donner du sens à la manipulation de données et aux techniques opératoires, sans certitude pour les enseignants du primaire de pouvoir privilégier une stratégie de résolution plutôt qu’une autre…

Continuer la lecture de La résolution de problèmes de mathématiques au primaire

Dossiers et notes de veille en éducation