Archives par mot-clé : enseignement supérieur

Édulab : Laboratoire d’idées sur l’avenir de l’enseignement supérieur

Institut français de l’éducation (2016). « Édulab : Laboratoire d’idées  sur l’avenir de l’enseignement supérieur ». Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format pdf (113 p.) :  recueil Édulab

Le laboratoire d’idées ÉDULAB, lancé publiquement à l’automne 2015, visait à répondre à une demande de la DGESIP (Direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle, MENESR) faite à l’IFÉ d’encourager la mise en réseau des acteurs concernés par les questions d’enseignement dans le supérieur.

Le projet a été réalisé à l’initiative de l’unité opérationnelle Veille et analyses de l’IFÉ, sous la responsabilité de Laure Endrizzi et Florence Sibut, avec le soutien de Pierre Bénech, ingénieur pédagogique à l’ENS de Lyon.
Continuer la lecture de Édulab : Laboratoire d’idées sur l’avenir de l’enseignement supérieur

Les nouveaux étudiants, d’hier à aujourd’hui

Endrizzi Laure & Sibut Florence (2015). Les nouveaux étudiants, d’hier à aujourd’hui. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 106, Décembre. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format pdf (40 pages) : 106-decembre-2016

Résumé

Caractériser les étudiants d’aujourd’hui est une entreprise complexe tant leurs profils, leurs expériences et leurs parcours d’études se révèlent diversifiés. L’hétérogénéité de la population, plus ou moins marquée selon les filières, s’est accrue dans la dernière décennie, notamment avec l’arrivée des nouveaux bacheliers professionnels, l’essor des étudiants étrangers et le développement du travail salarié, rendant la socialisation et l’affiliation aux normes d’études plus complexes. Ces populations étudiantes composites, tant dans leurs caractéristiques socio-démographiques que dans leurs projets, se sont définitivement éloignées de la figure idéale du bachelier « à l’heure », ayant intégré une filière choisie.

L’entrée dans le supérieur, synonyme de ruptures plus ou moins fortes pour les étudiants selon les types d’études, s’accompagne la plupart du temps de l’apprentissage d’un autre rythme et du développement de pratiques d’études plus autonomes. Dans quelle mesure leurs parcours sont-ils réellement subis ? Les projets formulés en amont sont-ils un gage d’investissement dans les études ? Leurs compétences numériques facilitent-elles cette transition vers du travail autonome ? La qualité d’un cours, selon eux, est-elle liée à une méthode pédagogique plutôt qu’à une autre ?

Ces questionnements, au cœur de ce Dossier de veille, nourrissent une réflexion plus globale sur les expériences d’études, basée sur une exploration de la littérature scientifique récente, essentiellement française. Il s’agit en creux d’examiner les conditions de vie et d’études les plus propices à la réussite étudiante et de mettre au jour les décalages potentiels entre étudiants et enseignants en termes d’attentes et de pratiques.

—–

Ce Dossier est réalisé à l’occasion d’une conférence de consensus organisée conjointement par l’Institut français de l’Éducation (ENS de Lyon) et la Direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle (Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche), à Paris les 16 et 17/12/2015, sur le thème « Réussite et échec dans l’enseignement supérieur ».
Continuer la lecture de Les nouveaux étudiants, d’hier à aujourd’hui

La qualité de l’enseignement : un engagement des établissements, avec les étudiants ?

Endrizzi Laure (2014). La qualité de l’enseignement : un engagement des établissements, avec les étudiants ? Dossier de veille de l’IFÉ, n°93, juin. Lyon : École normale supérieure de Lyon.

Disponible au format PDF : 93-juin-2014

Résumé

Le fait que l’évaluation de l’enseignement soit considérée comme constitutive de la qualité d’un établissement est assez récent en Europe : sa propagation est clairement un corollaire des travaux d’harmonisation menés dans le cadre du Processus de Bologne, même si certaines initiatives sont antérieures, alors qu’en Amérique du Nord, ces pratiques évaluatives se sont développées dès les années 1960, d’abord chez les étudiants, puis chez les enseignants, avant d’être institutionnalisées.
Pour garantir la qualité de leur enseignement, les établissements d’enseignement supérieur sont amenés à chercher des équilibres à trois niveaux interdépendants (l’institution, les formations et les acteurs, enseignants et étudiants), et à composer avec leurs contraintes externes et leurs potentiels internes pour à la fois développer une culture de l’auto-évaluation, maintenir une offre de formation de qualité et soutenir l’enseignement et l’apprentissage.
Définir la qualité de l’enseignement s’avère cependant une opération complexe, marquée de tensions à la fois idéologiques et méthodologiques qui ne permettent pas de dégager une unanimité, contrairement à l’activité de recherche qui dispose d’indicateurs critiquables mais admis par la communauté scientifique. 30 ans de recherches américaines sur l’évaluation des enseignements (par les étudiants, par les pairs, ou en auto-évaluation), n’ont pas suffi pour résorber ces tensions, mais elles ont produit des analyses d’une grande richesse pour appréhender concrètement les conditions, nécessairement situées, les plus propices à la mise en oeuvre d’une évaluation « efficace », qui contribue à une amélioration des enseignements (et à la réussite étudiante).
Alors que certains modèles plaident pour une combinaison d’éléments contextuels propres à l’établissement, de critères relatifs au processus d’enseignement et d’apprentissage et d’autres en lien avec les résultats de ce processus (insertion professionnelle,…), tous les analystes s’accordent sur le fait que ce sont les variables relatives au processus qui prédisent le mieux la qualité des apprentissages. Autrement dit, c’est au plus près des pratiques d’enseignement et d’apprentissage, au coeur même des relations entre enseignant(s) et étudiants que se fait la différence ; mais ces variables sont aussi les moins bien documentées, les plus controversées et celles qui sont les moins utilisées dans les systèmes d’évaluation.
Dans cette revue de littérature, centrée sur l’Amérique du Nord et l’Europe, nous proposons d’examiner les multiples tensions qui traversent le champ de l’évaluation de l’enseignement et de discuter les conditions propices à son institutionnalisation, dans la perspective d’identifier des pistes d’action. La première partie interroge les modalités évaluatives susceptibles de favoriser une gouvernance réflexive au sein des établissements d’enseignement supérieur : elle rappelle le contexte d’émergence de l’assurance qualité en Europe, évoque les logiques de prestige des classements internationaux et examine les approches multidimensionnelles de l’auto-évaluation. La deuxième partie, consacrée à la situation française, s’intéresse aux réformes qui ont encouragé la responsabilisation progressive des établissements, depuis les jalons posés par la politique de contractualisation, la mise en place d’une évaluation intégrée avec l’AERES et la législation statuant sur l’évaluation des enseignements. La troisième et dernière partie, focalisée sur l’évaluation des enseignements par les étudiants (EEE), discute ce qui rapproche ou au contraire oppose l’évaluation des enseignements, celle des formations et celle des enseignants, en plaidant pour une évolution vers une mise en oeuvre moins stéréotypée et plus stratégique de l’EEE.

Continuer la lecture de La qualité de l’enseignement : un engagement des établissements, avec les étudiants ?