Enseigner les sciences humaines et sociales : entre savoirs et société

Claire Ravez (2020). Enseigner les sciences humaines et sociales : entre savoirs et société. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 135, juin . Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF (48 p.) : 135-juin-2020

Résumé

Ce Dossier de veille met en avant différentes tensions qui sous-tendent l’activité quotidienne des enseignantes et enseignants qui cherchent à transmettre à leurs élèves des démarches et des outils intellectuels pour comprendre les sociétés humaines et leur fonctionnement.

Comment se recompose la référence aux disciplines universitaires au sein et entre matières scolaires elles-mêmes plus ou moins composites (histoire-géographie et EMC, sciences économiques et sociales, philosophie, etc.) ? Quels compromis entre éducation à une socialisation politique commune et à une pensée critique émancipatrice ? Quelles spécificités mais aussi quels enjeux partagés entre l’enseignement polyvalent de l’école primaire et la spécialisation des professeurs du secondaire ? Quels regards porter sur le passé de ces disciplines pour mieux en comprendre les configurations émergentes ? Quelles trajectoires spécifiques et quelles tendances voisines entre systèmes scolaires français et étrangers ? Enfin, quels écarts entre intentions éducatives et apprentissages effectifs des élèves ?

Pour résumer : quels sont les termes des compromis que les enseignantes et enseignants sont amenés à effectuer au quotidien pour à la fois s’inscrire dans un rapport spécifique aux savoirs de référence et dans une dimension politique redoublée par l’objet de leurs enseignements, l’humanité en société ?

Pour contribuer à la réflexion sur ces questions, les trois parties de ce Dossier s’appuient sur une sélection de travaux de recherche abordés sous l’angle du curriculum.

Une première partie s’intéresse aux conditions dans lesquelles l’activité enseignante en classe peut être favorable aux apprentissages disciplinaires de tous les élèves, de la carte de géographie à la dissertation philosophique.

La deuxième partie inscrit l’action des enseignantes et enseignants dans l’histoire collective de leur profession, et, dans le cas de l’enseignement secondaire, de leur discipline (histoire-géographie, sciences économiques et sociales, philosophie) et de ses réformes successives ; ici, l’éclairage permis par la comparaison avec les découpages disciplinaires opérés dans d’autres systèmes scolaires fait ressortir la spécificité des choix nationaux.

Enfin, une troisième partie interroge les façons dont les enseignantes et enseignants traduisent dans leurs pratiques des prescriptions institutionnelles de plus en plus internationalisées comme l’acquisition de compétences ou les « éducation à » : cet appel au décloisonnement et à l’interdisciplinarité interroge les raisons qui font que ces tendances de fond connaissent dans le même temps un processus de disciplinarisation qui s’appuie sur les fondements épistémologiques des différentes sciences humaines et sociales.

Continuer la lecture de Enseigner les sciences humaines et sociales : entre savoirs et société

Travailler en partenariat à l’école

Marx Lisa & Reverdy Catherine (2020). Travailler en partenariat à l’école. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 134, avril . Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : 134-avril-2020

(Egalement en ligne sur le site de l’IFE : http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=134&lang=fr)

Résumé

Le fait de travailler en partenariat s’est imposé depuis plusieurs années comme une évidence dans le secteur éducatif, tellement l’offre des partenaires extérieurs à l’école est foisonnante, et tellement les demandes institutionnelles pour davantage d’ouverture des établissements scolaires se font pressantes. Mais qu’en est-il dans les écoles, les collèges et les lycées ? Les partenariats portant sur les contenus d’enseignement sont-ils privilégiés, ou est-ce plutôt ceux permettant de sortir de l’enceinte scolaire et d’explorer des situations inédites en classe ? Quelles différences quand on travaille en partenariat avec des partenaires associatifs, régionaux, communaux, privés, culturels… ?
À travers de nombreux exemples ne prétendant pas épuiser les possibilités, ce Dossier de veille examine les différentes dimensions du partenariat à l’école, en premier lieu dans le cadre plus large des politiques publiques qui incitent à développer tous les types de partenariats. Ces derniers sont ainsi perçus à la fois comme une idée imposée, mais également comme une même modalité de travail à appliquer dans divers contextes.
La question des effets réels de la mise en œuvre des partenariats sur les parcours des élèves et sur la professionnalité des partenaires est ensuite mise en lumière dans ce Dossier, que les partenaires soient artiste intervenant dans une école, enseignant.e, personnel de direction, représentant.e de collectivité territoriale ou d’associations, animateur.rice de temps périscolaires, médiateur.rice dans un musée, etc. En plus de l’évocation des questionnements sur la mise en place des partenariats, ce Dossier s’intéresse également aux jeux de pouvoir dans lesquels sont pris les partenaires et à la difficile construction du sens éducatif nécessaire à cette action conjointe que représente le partenariat à l’école.

Continuer la lecture de Travailler en partenariat à l’école

Éduquer à l’urgence climatique

Gibert, Anne-Françoise (2020). Éduquer à l’urgence climatique. Dossier de veille de l’IFÉ, n°133, mars . Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : 133-mars-2020

Résumé

A la lumière de travaux internationaux, ce dossier de veille s’attache à mieux comprendre la complexité d’une éducation au changement climatique (ECC) qui apparait aujourd’hui plus que jamais nécessaire.

La première partie examine cette éducation sous l’angle de la notion de littératie ou d’alphabétisation climatique avec un focus sur la littératie énergétique. Quelles sont les connaissances, attitudes et comportements des élèves, des citoyen.ne.s et des enseignant.e.s en matière d’énergie, et quels liens font-ils ou font-elles avec l’empreinte carbone ? Que révèlent les tests scolaires à grande échelle sur cette question, et comment s’articulent les différentes composantes de la littératie énergétique ?

La deuxième partie s’attache à explorer en quoi cette question du changement climatique est une question socialement vive, qui requiert d’intégrer la question des valeurs. En particulier, la question de l’atténuation suppose d’être abordée en prenant en compte ses dimensions philosophique et morale. Dans un contexte consumériste dominant, l’éducation au changement climatique, marquée d’incertitudes, implique la formation d’un esprit critique basé sur une formation aux médias, qui interroge le rapport aux vérités. Aussi la formation des enseignants est appelée à aborder la prise en compte des ces questions, par une formation à l’éthique, aux controverses, la prise en compte de l’aspect politique des questions socialement vives et un encouragement à intégrer des savoirs évolutifs non stabilisés ne pouvant être traités que dans un cadre interdisciplinaire.

La dernière partie aborde la possibilité d’une formation à l’écocitoyenneté active vécue à l’intérieur des établissements. C’est la conclusion de plusieurs revues de littérature américaines sur l’éducation au changement climatique, qui se retrouve également dans les derniers travaux de nombreuses chercheur.se.s français et canadiens en éducation à l’environnement. Face à la nécessité de développer des compétences d’atténuation (pour limiter les effets du changement climatique) et d’adaptation, le dossier interroge l’approche réductrice des écogestes pour s’intéresser aux conditions d’apprentissage d’une transition énergétique et de compétences de résilience. Ce dossier pose la question de la possibilité d’une éducation transformative et critique.

 

Continuer la lecture de Éduquer à l’urgence climatique

Edubref : Apprendre et coopérer en classe

Reverdy Catherine (2020). Apprendre et coopérer en classe. Edubref, mars. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : Edubref-mars-2020

La série Edubref

La série Édubref, lancée par l’équipe Veille & analyses de l’IFÉ au printemps 2018, propose en 4 pages une lecture très condensée des apports des recherches sur des questions éducatives.

 

Travail de groupe, regroupement en ilots, par binômes, débats en demi-classe… de très nombreuses situations pédagogiques font appel à la coopération entre les élèves, qu’elle soit spontanée ou organisée par l’enseignant.e. Ces interactions sociales garantissent-elles un apprentissage ? Quel peut être le rôle de l’enseignant.e pour soutenir et évaluer l’investissement et les apprentissages de chaque élève à l’intérieur du groupe ? Quelles perspectives les recherches apportent-elles aux enseignant.e.s ?

Les Pratiques enseignantes face aux recherches

Gaussel Marie (2020). Les pratiques enseignantes face aux recherches. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 132, février. Lyon : ENS de Lyon.

(Egalement en ligne sur le site de l’IFE : http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/DA/detailsDossier.phpparent=accueil&dossier=132&lang=fr

Disponible au format PDF : 132-février-2020

Résumé

La volonté d’adosser les politiques et les pratiques éducatives aux résultats de la recherche s’amplifie depuis plusieurs années, en France, comme à l’international. Si cette idée, ou cette injonction selon les cas, semble pertinente, elle ne va pourtant pas de soi dans sa mise en œuvre. Tout d’abord, de quelles recherches parle-t-on ? En effet, plusieurs courants de recherches portant sur l’apprentissage et l’enseignement coexistent sans forcément partager les mêmes façons d’appréhender ce qu’il se passe à l’école. La rencontre entre les recherches portant sur l’éducation (psychologie, sociologie, philosophie, économie et histoire de l’éducation, mais aussi sciences cognitives, sciences du langage, …) et les pratiques enseignantes est loin d’être évidente et génère depuis plus de 50 ans des tensions et incompréhensions dans un climat de méfiance réciproque. De vastes controverses quant aux enjeux éducatifs traversent régulièrement les médias et l’opinion publique suscitant de nombreuses confusions sur l’éducation en tant qu’objet de recherche. Les recherches en éducation peuvent-elles expliquer ce qu’il se passe dans la classe ? Peuvent-elles guider l’action pédagogique ? Des pratiques efficaces validées par la recherche sont-elles réplicables d’un contexte à un autre ?

Le Dossier de Veille 132, en se plaçant du point de vue des enseignant.e.s, se penche sur ces problématiques au cœur des disputes entre les différentes parties prenantes en éducation que sont les acteurs et actrices politiques, éducatif.ve.s et scientifiques. À partir d’une sélection de ressources portant sur les liens entre recherches et pratiques, et afin de mieux prendre la mesure des enjeux concernant l’utilisation des recherches par les enseignant.e.s, ce Dossier porte d’abord sur la nature des recherches concernées et leur vocation à guider les décisions politiques ou éclairer les faits éducatifs. Le deuxième chapitre questionne le principe d’adossement à la recherche (affiché dans le référentiel de compétences professionnelles des métiers du professorat et de l’éducation) dans le cadre de la formation initiale et sa validité face aux savoirs d’expérience développés ensuite par les enseignant.e.s. Et en dernier lieu, ce Dossier pose la question des conditions de mobilisation et d’appropriation des résultats de recherches par les enseignant.e.s de manière à mieux les outiller et à faire réussir les élèves.

Continuer la lecture de Les Pratiques enseignantes face aux recherches

Dossiers et notes de veille en éducation

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search