Tous les articles par Marie Gaussel

Lire pour apprendre, lire pour comprendre

Gaussel Marie (2015) . Lire pour apprendre, lire pour comprendre . Dossier de veille de l’IFÉ, n°101. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : 101-mai-2015

Résumé

La maitrise des compétences littéraires est devenue un enjeu de plus en plus crucial au sein de notre société. La lecture, au delà du cadre de littératie restreinte, est un véritable outil pour interpréter le monde, structurer les expériences et construire des connaissances. Les usages liés à la maitrise de la lecture experte ne découlent pas, à l’instar du langage, de l’immersion naturelle dans la société. La lecture pour apprendre et pour comprendre nécessite un apprentissage spécifique qui fait l’objet encore aujourd’hui de diverses controverses.
Que veut dire savoir lire à notre époque ? Une première définition caractérise l’acte de lire comme la capacité à établir des relations entre les séquences de signes graphiques d’un texte et les signes linguistiques propres à une langue naturelle (phonèmes, mots, marques grammaticales), mais c’est aussi la prise de connaissance du contenu d’un texte écrit. Prendre connaissance, c’est comprendre le sens du texte dans un contexte spécifique. Apprendre à lire revient donc à apprendre à comprendre.
C’est sous cet angle que nous abordons dans ce Dossier de veille les questions de lecture experte ou littéraire, à partir des recherches en psychologie cognitive d’une part, puis de la didactique de la lecture d’autre part.
Nous nous intéresserons plus particulièrement à la place du lecteur au sein de la relation texte/auteur et à la démarche interprétative qu’il doit adopter. En effet, l’acte de lecture aujourd’hui c’est comprendre au delà des simples mots, c’est s’approprier le texte dans une approche sociale et culturelle qui favorise la connaissance des autres et de soi-même. Continuer la lecture de Lire pour apprendre, lire pour comprendre

Production et valorisation des savoirs scientifiques sur l’éducation

Marie Gaussel (2014) . Production et valorisation des savoirs scientifiques sur l’éducation. Dossier de veille de l’IFÉ, n°97, décembre. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : Dossier de veille de l’IFÉ, n°97

 Résumé

La diffusion des savoirs et l’articulation de la science et de la société sont deux processus complexes qui questionnent les problématiques de l’utilisation des connaissances issues de la recherche et leur diffusion auprès des professionnels mais aussi d’un public plus large. C’est pourquoi, dans un contexte de reddition de comptes, en particulier dans le domaine de la recherche public, la question de l’utilité des recherches sur l’éducation est de plus en plus abordée. La démarche scientifique consistant à étudier les faits éducatifs a débouché sur cette catégorie qu’on appelle « recherche en éducation ». Les débats actuels sur l’existence même de cette science sont encore vifs et portent autant sur les clivages paradigmatiques que méthodologiques, à l’image des différents courants et disciplines qui la constituent.

Comme toutes les autres sciences, celles portant sur les faits éducatifs se doivent de respecter les critères de scientificité et de valorisations des productions. C’est sur la question de cumulativité des résultats que les recherches en éducation peuvent paraitre faibles. Il semblerait que des efforts de mobilisation et d’articulation des démarches scientifiques issus des différents champs disciplines constitutifs ne soient pas toujours satisfaisants, en France comme ailleurs. Le Dossier de veille n°97 du mois de décembre donne quelques éléments de réponse sur la façon dont les résultats des recherches sont produits, diffusés et valorisés dans un contexte de mutation du paysage de l’information scientifique, avec en particulier le développement des publications en libre accès.
Continuer la lecture de Production et valorisation des savoirs scientifiques sur l’éducation

Petite enfance : de l’éducation à la scolarisation

 Gaussel Marie (2014) . Petite enfance : de l’éducation à la scolarisation . Dossier de veille de l’IFÉ, n°92, avril.

Disponible au format PDF : 92-avril-2014

Résumé

La question de l’accueil et de l’éducation des enfants de zéro à six ans est une des grandes préoccupations des gouvernements des pays de l’OCDE depuis une vingtaine d’années. L’idée selon laquelle une scolarisation précoce serait bénéfique pour leur développement et leur futur parcours scolaire est largement répandue et la question du «tout éducatif» est de plus en plus prégnante au sein des structures d’enseignement préscolaire dans les pays de l’OCDE : les tout-petits passent plus de temps à être instruits et évalués sur leurs compétences qu’à jouer, explorer et imaginer. Plusieurs recherches s’interrogent sur le bien-fondé de ces orientations. En France, nous assistons à une « primarisation » de l’école maternelle et à une didactisation des savoirs. Ouverte à tous sans autre condition que celle de l’âge, elle assure les apprentissages liés au développement moteur et affectif selon des programmes définis au niveau du ministère de l’éducation nationale. Aujourd’hui sujette à de vives critiques, on lui reproche de ne pas profiter à tous les enfants de manière équitable et de contribuer au creusement d’écart entre enfants socio-économiquement favorisés et les autres. Au vu des constats sur les écarts initiaux entre élèves principalement dus aux origines sociales de ceux-ci, le modèle éducatif de l’école maternelle basée sur l’autonomie et la réflexivité supposées des élèves risque de creuser plus avant les inégalités. Nous avons souhaité dans ce dossier placer l’enfant au cœur de ces préoccupations afin de mieux comprendre les enjeux politiques, sociologiques et pédagogiques qui lui sont rattachés. Nous réfléchirons à la place du jeune enfant de zéro à six ans, à cette période qui précède l’instruction obligatoire dans la plupart des pays de l’OCDE et aux bénéfices que cela peut lui apporter. Nous nous intéresserons aussi aux conditions favorables aux apprentissages et au développement global de l’enfant.

Continuer la lecture de Petite enfance : de l’éducation à la scolarisation

Aux frontières de l’École ou la pluralité des temps éducatifs

 Marie Gaussel (2013) . Aux frontières de l’École ou la pluralité des temps éducatifs . Dossier d’actualité Veille et Analyse, n°81

 Résumé

Périscolaire, extrascolaire, extracurriculaire, postscolaire, parascolaire, le vocabulaire est riche pour décrire ce qui existe au delà des frontières de l’École. Comment se présente la vie des enfants en dehors des heures de classe ? Quels sont ces dispositifs péri ou extrascolaire mis en place pour le bénéfice des enfants et de leur famille ? Quelle est la place du « hors l’École » aujourd’hui dans notre société ? Autant de problématiques abordées dans les travaux de recherche français ou internationaux que nous présentons dans ce dossier du mois de janvier 2013. Nous nous intéressons d’abord à la forme scolaire pour mieux en définir les contours, son organisation et la place de l’enfant au cœur de ce système. Nous abordons dans un deuxième temps l’intérêt de la reconnaissance de savoirs multiples et des différents acteurs de l’éducation, les temps éducatifs hors l’École et leur articulation avec les activités périscolaires. Quels sont ces dispositifs, comment se traduisent-ils sur le terrain ? Quels en sont les bénéfices pour l’enfant ? Comment garantir une action efficace et de qualité ? Nous survolerons ces différentes questions à travers une sélection de références et exemples tirés de la littérature de recherche récente.

Continuer la lecture de Aux frontières de l’École ou la pluralité des temps éducatifs