Archives de catégorie : Apprentissages et difficultés d’apprentissage

Enseigner les sciences humaines et sociales : entre savoirs et société

Claire Ravez (2020). Enseigner les sciences humaines et sociales : entre savoirs et société. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 135, juin . Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF (48 p.) : 135-juin-2020

Résumé

Ce Dossier de veille met en avant différentes tensions qui sous-tendent l’activité quotidienne des enseignantes et enseignants qui cherchent à transmettre à leurs élèves des démarches et des outils intellectuels pour comprendre les sociétés humaines et leur fonctionnement.

Comment se recompose la référence aux disciplines universitaires au sein et entre matières scolaires elles-mêmes plus ou moins composites (histoire-géographie et EMC, sciences économiques et sociales, philosophie, etc.) ? Quels compromis entre éducation à une socialisation politique commune et à une pensée critique émancipatrice ? Quelles spécificités mais aussi quels enjeux partagés entre l’enseignement polyvalent de l’école primaire et la spécialisation des professeurs du secondaire ? Quels regards porter sur le passé de ces disciplines pour mieux en comprendre les configurations émergentes ? Quelles trajectoires spécifiques et quelles tendances voisines entre systèmes scolaires français et étrangers ? Enfin, quels écarts entre intentions éducatives et apprentissages effectifs des élèves ?

Pour résumer : quels sont les termes des compromis que les enseignantes et enseignants sont amenés à effectuer au quotidien pour à la fois s’inscrire dans un rapport spécifique aux savoirs de référence et dans une dimension politique redoublée par l’objet de leurs enseignements, l’humanité en société ?

Pour contribuer à la réflexion sur ces questions, les trois parties de ce Dossier s’appuient sur une sélection de travaux de recherche abordés sous l’angle du curriculum.

Une première partie s’intéresse aux conditions dans lesquelles l’activité enseignante en classe peut être favorable aux apprentissages disciplinaires de tous les élèves, de la carte de géographie à la dissertation philosophique.

La deuxième partie inscrit l’action des enseignantes et enseignants dans l’histoire collective de leur profession, et, dans le cas de l’enseignement secondaire, de leur discipline (histoire-géographie, sciences économiques et sociales, philosophie) et de ses réformes successives ; ici, l’éclairage permis par la comparaison avec les découpages disciplinaires opérés dans d’autres systèmes scolaires fait ressortir la spécificité des choix nationaux.

Enfin, une troisième partie interroge les façons dont les enseignantes et enseignants traduisent dans leurs pratiques des prescriptions institutionnelles de plus en plus internationalisées comme l’acquisition de compétences ou les « éducation à » : cet appel au décloisonnement et à l’interdisciplinarité interroge les raisons qui font que ces tendances de fond connaissent dans le même temps un processus de disciplinarisation qui s’appuie sur les fondements épistémologiques des différentes sciences humaines et sociales.

Continuer la lecture de Enseigner les sciences humaines et sociales : entre savoirs et société

Edubref : Apprendre et coopérer en classe

Reverdy Catherine (2020). Apprendre et coopérer en classe. Edubref, mars. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : Edubref-mars-2020

La série Edubref

La série Édubref, lancée par l’équipe Veille & analyses de l’IFÉ au printemps 2018, propose en 4 pages une lecture très condensée des apports des recherches sur des questions éducatives.

 

Travail de groupe, regroupement en ilots, par binômes, débats en demi-classe… de très nombreuses situations pédagogiques font appel à la coopération entre les élèves, qu’elle soit spontanée ou organisée par l’enseignant.e. Ces interactions sociales garantissent-elles un apprentissage ? Quel peut être le rôle de l’enseignant.e pour soutenir et évaluer l’investissement et les apprentissages de chaque élève à l’intérieur du groupe ? Quelles perspectives les recherches apportent-elles aux enseignant.e.s ?

Edubref : Les projets à l’école : à quelles conditions favorisent-ils l’apprentissage ?

Reverdy Catherine (2019). Les projets à l’école : à quelles conditions favorisent-ils l’apprentissage ? Edubref, octobre. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : Edubref-octobre-2019

Download Edubref (English): Edubref-october-2019-EN

 

La série Edubref

La série Édubref, lancée par l’équipe Veille & analyses de l’IFÉ au printemps 2018, propose en 4 pages une lecture très condensée des apports des recherches sur des questions éducatives.

 

Présents de manière récurrente dans nos classes depuis les années 1970, les projets sont très utilisés de la maternelle à l’enseignement supérieur, et connaissent même une deuxième jeunesse depuis les années 2000 dans les écoles d’ingénieur.e.s, et plus largement dans les STEM (Science Technology Engineering and Mathematics). En France, une épreuve orale (le Grand oral) basée sur la démarche de projet va faire son apparition au baccalauréat en 2021. Quelles sont les plus-values de l’apprentissage par projet ? Est-il toujours à la source d’un véritable apprentissage ? Comment l’organiser le plus efficacement possible dans le quotidien de la classe ?

Continuer la lecture de Edubref : Les projets à l’école : à quelles conditions favorisent-ils l’apprentissage ?

L’interculturel à l’école : quels cadres de référence ?

Ravez Claire (2019). L’interculturel à l’école : quels cadres de référence ? Dossier de veille de l’IFÉ, n°129, mars. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : 129-mars-2019

Résumé

Que recouvre la notion d’interculturel depuis son apparition dans les politiques et les pratiques éducatives dans les années 1970, principalement en France et en Europe ? L’usage de ce terme polysémique a occasionné de nombreuses propositions et autant de critiques, qui ont appelé à une mise au point dans le cadre d’un Dossier de veille – cadrage qui reste approximatif au vu de la diversité des angles d’analyse en cours dans la communauté scientifique sur cette question. L’interculturel interroge en effet les temporalités, les lieux et les échelles des interactions entre des interlocuteurs et interlocutrices identifié.e.s et/ou s’identifiant comme culturellement différent.e.s, dans des cadres à la fois scolaire et extrascolaire.

Les enjeux éducatifs liés à un questionnement autour de l’interculturel sont doubles, ce qui les rend d’autant plus difficiles à appréhender et à mettre en oeuvre : d’une part préparer les élèves à vivre et travailler dans un monde où les multiples formes de mobilité font de la coopération avec des personnes venant d’horizons divers une nécessité, d’autre part accompagner les enseignant.e.s et les autres personnels de la communauté éducative à penser et prendre en charge ces mêmes évolutions, dans le cadre cette fois de l’exercice de leur métier au quotidien, à l’heure actuelle. Quelles conséquences ces mutations ont-elles sur les enseignements et les démarches pédagogiques, sur la connaissance des élèves ou les identités professionnelles des praticien.ne.s de l’enseignement et de la recherche ? Ces questions ont été abordées dans ce Dossier de veille principalement au travers des enseignements de langues vivantes et de ceux liés aux sciences du monde social.

Le Dossier de veille reprend ainsi les termes de ces débats en élargissant progressivement la réflexion de l’expérience scolaire des élèves aux choix éducatifs, sociaux et politiques qui les sous-tendent.

Le premier chapitre s’intéresse au plus près aux acteurs et actrices des systèmes éducatifs, principalement élèves et enseignant.e.s, dans leur exposition et leur rapport à différents outils mobilisés dans le cadre de dispositifs à visée de formation interculturelle de plus en plus expérientiels.

Le deuxième chapitre resitue cet état des lieux à partir des travaux menés dans la communauté des didacticien.ne.s des langues-cultures, dont les membres articulent diverses grilles de lecture de l’interculturel depuis la constitution de leur discipline, née justement à la croisée d’une division du travail scientifique, politique et éducatif sur l’interculturel.

Un dernier chapitre élargit la réflexion aux finalités, sous-jacentes dans les deux premières parties, que les tenants des paradigmes de l’éducation puis de la compétence interculturelle ont progressivement attribué à cet objet.

Continuer la lecture de L’interculturel à l’école : quels cadres de référence ?

Apprendre (dans) l’école inclusive

Reverdy Catherine (2019). Apprendre (dans) l’école inclusive. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 127, janvier. Lyon : ENS de Lyon.

(Egalement en ligne sur le site de l’IFE : http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=127&lang=fr)

Disponible au format PDF : 127-janvier-2019

Résumé

L’école inclusive telle qu’elle est présentée dans les textes internationaux a vocation à faire accéder tou.te.s les élèves à une éducation de qualité dans leur école ou leur établissement de secteur. Souvent traduite dans les faits par la scolarisation des élèves en situation de handicap, elle recouvre en réalité toutes les manières possibles, pour les systèmes éducatifs, de répondre à l’ensemble des besoins éducatifs des élèves, quels qu’ils soient.

Ce Dossier de veille de l’IFÉ apporte des éclairages historiques et conceptuels sur les termes souvent confondus d’adaptation, d’intégration, d’inclusion et d’école inclusive, notions dont l’usage est très dépendant des contextes nationaux. Il présente l’exemple de l’Italie, qui sert souvent de modèle aux politiques éducatives françaises sur le sujet, un pays qui a engagé dès les années 1970 une prise en charge du handicap directement dans les écoles. Côté français, depuis le début du XXe siècle, les histoires du traitement à l’école du handicap et des élèves en difficulté sont entremêlées et se partagent entre plusieurs ministères, si bien que les élèves à besoins éducatifs particuliers sont actuellement pris en charge sur plusieurs lieux, où se croisent des cultures professionnelles très différentes.

La mise en œuvre de l’école inclusive dans les classes reste donc difficile, parce qu’elle entraine une coopération indispensable entre des intervenant.e.s ayant chacun.e des représentations et un regard particulier sur les élèves et leurs besoins, dévoilant l’équilibre toujours fragile entre l’intérêt collectif de l’école inclusive et les intérêts parfois divergents d’élèves toujours singuliers.

Lire la suite