Archives de catégorie : Pratiques professionnelles et pédagogie

L’Éducation nouvelle : une mosaïque centenaire

Ravez Claire (2020). L’Éducation nouvelle : une mosaïque centenaire. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 138, juin. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : 138-juin-2021

(Également en ligne sur le site de l’IFÉ : http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=138&lang=fr)

Résumé

Depuis quelques années, de nouvelles dynamiques rassemblent des mouvements pédagogiques de sensibilités différentes (Ceméa, CRAP-Cahiers pédagogiques, Fespi, ICEM-pédagogie Freinet, GFEN, etc.), comme l’illustrent l’organisation de la première Biennale internationale de l’Éducation nouvelle en 2017, ou l’initiative « convergence(s) pour l’Éducation nouvelle » engagée en 2021.

Les acteurs et actrices qui se situent dans cette « galaxie » de l’Éducation nouvelle ont construit et inscrit leurs ambitions et leurs actions à différents niveaux des systèmes éducatifs : à l’échelle de classes et d’établissements, dans le premier et/ou le second degré, dans l’enseignement public ou privé, à destination d’élèves de milieux sociaux plutôt favorisés ou plus populaires, dans des structures d’éducation formelle mais aussi informelle. Leur diversité questionne depuis plus d’un siècle les articulations entre individus et collectifs, entre techniques et valeurs, entre utopie et pragmatisme, entre mémoire(s) du passé et projet(s) pour l’avenir.

Comment comprendre aujourd’hui les divergences entre figures et courants historiques, mais aussi les défis contemporains qui rapprochent des acteurs et actrices des systèmes éducatifs sous la bannière de l’Éducation nouvelle ?

La première partie de ce Dossier permet de situer quelques principes et pratiques associés à l’Éducation nouvelle dans le paysage éducatif. La deuxième partie met en perspective cet état des lieux par un retour sur la genèse, la consolidation et les remises en cause successives de réseaux et de mouvements qui ont incarné ce projet. Enfin, la dernière partie questionne la spécificité des positions des actrices et acteurs de cette mosaïque au prisme de leurs relations avec les recherches en éducation, des politiques publiques éducatives et de l’éducation populaire. Continuer la lecture de L’Éducation nouvelle : une mosaïque centenaire

L’établissement, la bonne échelle pour mettre en place l’Éducation au développement durable ?

Gibert Anne-Françoise (2021).  L’ établissement, la bonne échelle pour mettre en place l’Éducation au développement durable ? Edubref, janvier. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF :  Edubref-janvier-2021

L’année scolaire 2020 s’ouvre avec la parution de la circulaire Renforcement de l’éducation au développement durable : Agenda 2030. En 16 ans, 7 textes législatifs se sont succédés pour préciser la teneur et l’organisation de l’éducation au développement durable (EDD). Dans quels contextes s’inscrit cette « éducation à » ? Que disent les recherches en éducation sur ses caractéristiques ? Faisant appel à plusieurs disciplines, à plusieurs modalités d’enseignement, à des savoirs en évolution et en action, cette « éducation à » est source de multiples tensions car elle interroge les finalités de l’école. Quelles sont les conditions pour la mettre en place et comment l’organiser dans le quotidien de l’établissement ?

Continuer la lecture de L’établissement, la bonne échelle pour mettre en place l’Éducation au développement durable ?

Écouter les élèves dans les différents espaces scolaires

Reverdy Catherine (2020). Écouter les élèves dans les différents espaces scolaires. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 136, décembre. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : 136-decembre-2020

(Également en ligne sur le site de l’IFÉ : http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=136&lang=fr)

Résumé

Les espaces scolaires sont les lieux dédiés à l’apprentissage et à la socialisation dans les établissements scolaires. En analysant la répartition et l’occupation de ces espaces par les élèves et les différents personnels, les travaux de recherche mettent en évidence l’histoire d’une forte symbolique des salles de classe, domaines dévolus à l’acte d’enseigner, donc considérés comme centraux. Ce qui se passe dans les autres espaces scolaires (cour de récréation, couloirs, bureaux, etc.) est à la fois moins décrit et analysé dans la littérature de recherche, et moins visible, y compris aux yeux de l’institution scolaire.
Or c’est bien dans l’ensemble des espaces scolaires que se déroule la vie sociale des élèves, qu’il y a besoin de les écouter, que se forge l’apprentissage des codes et des normes scolaires, en même temps que l’apprentissage des savoirs et des compétences, entre pairs. Des enquêtes portant sur le confinement du printemps 2020 mettent en lumière la nécessité de ces espaces-temps dans la scolarité, transposables très difficilement à la maison. L’analyse des espaces amène donc à mieux comprendre ce que recouvre la notion de « vie scolaire » et la manière dont elle est prise en charge par les différents personnels de l’établissement, dans les différents espaces qu’ils occupent.

Sans prétendre à l’exhaustivité, et à partir d’études portant sur la professionnalité des conseiller·es principal·es d’éducation (CPE) notamment, sur l’histoire de l’éducation et empruntant à la sociologie et à la philosophie, ce Dossier de veille présente une cartographie sommaire des espaces des établissements du second degré : l’objectif est de mieux comprendre quelle division du travail peut être à l’œuvre entre les personnels, et comment ces derniers accompagnent la socialisation ou l’apprentissage de la citoyenneté des élèves dans ces espaces.
Nous poursuivrons ces analyses dans le cadre plus large de l’espace social des élèves hors cadre scolaire, en nous appuyant sur le droit à l’éducation et à l’aune des « nouvelles » problématiques éducatives évoquées par le chercheur Benjamin Moignard : quel rôle des personnels, et notamment les CPE, dans le contact avec les familles, avec les partenaires extérieurs ? Quelle complémentarité avec les missions de direction ? Au final, les problématiques de la place de l’école dans la société, de son ouverture sur l’espace public s’invitent au cœur même des établissements, dans le quotidien des personnels de vie scolaire.

Sommaire

Continuer la lecture de Écouter les élèves dans les différents espaces scolaires

Edubref : Enseigner les arts et la culture, pour quoi faire?

Marx Lisa (2020). Enseigner les arts et la culture, pour quoi faire? Edubref, octobre. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : Edubref-octobre 2020

La série Edubref

La série Édubref, lancée par l’équipe Veille & analyses de l’IFÉ au printemps 2018, propose en 4 pages une lecture très condensée des apports des recherches sur des questions éducatives.

 

Sorties au cinéma, visites scolaires au musée, interventions d’artistes dans les classes, ateliers de création théâtrale au sein des établissements… les activités artistiques et culturelles sont omniprésentes à l’école et dans l’éducation. Si les discours semblent généralement unanimes en leur faveur, les pratiques sur le terrain varient fortement. Quels sont les objectifs poursuivis, quelle est leur histoire ? Quels effets sur les élèves, et quelle articulation avec leurs pratiques extrascolaires ? Quelles interactions et collaborations avec des institutions culturelles, avec des artistes ? Continuer la lecture de Edubref : Enseigner les arts et la culture, pour quoi faire?

Enseigner les sciences humaines et sociales : entre savoirs et société

Claire Ravez (2020). Enseigner les sciences humaines et sociales : entre savoirs et société. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 135, juin . Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF (48 p.) : 135-juin-2020

Résumé

Ce Dossier de veille met en avant différentes tensions qui sous-tendent l’activité quotidienne des enseignantes et enseignants qui cherchent à transmettre à leurs élèves des démarches et des outils intellectuels pour comprendre les sociétés humaines et leur fonctionnement.

Comment se recompose la référence aux disciplines universitaires au sein et entre matières scolaires elles-mêmes plus ou moins composites (histoire-géographie et EMC, sciences économiques et sociales, philosophie, etc.) ? Quels compromis entre éducation à une socialisation politique commune et à une pensée critique émancipatrice ? Quelles spécificités mais aussi quels enjeux partagés entre l’enseignement polyvalent de l’école primaire et la spécialisation des professeurs du secondaire ? Quels regards porter sur le passé de ces disciplines pour mieux en comprendre les configurations émergentes ? Quelles trajectoires spécifiques et quelles tendances voisines entre systèmes scolaires français et étrangers ? Enfin, quels écarts entre intentions éducatives et apprentissages effectifs des élèves ?

Pour résumer : quels sont les termes des compromis que les enseignantes et enseignants sont amenés à effectuer au quotidien pour à la fois s’inscrire dans un rapport spécifique aux savoirs de référence et dans une dimension politique redoublée par l’objet de leurs enseignements, l’humanité en société ?

Pour contribuer à la réflexion sur ces questions, les trois parties de ce Dossier s’appuient sur une sélection de travaux de recherche abordés sous l’angle du curriculum.

Une première partie s’intéresse aux conditions dans lesquelles l’activité enseignante en classe peut être favorable aux apprentissages disciplinaires de tous les élèves, de la carte de géographie à la dissertation philosophique.

La deuxième partie inscrit l’action des enseignantes et enseignants dans l’histoire collective de leur profession, et, dans le cas de l’enseignement secondaire, de leur discipline (histoire-géographie, sciences économiques et sociales, philosophie) et de ses réformes successives ; ici, l’éclairage permis par la comparaison avec les découpages disciplinaires opérés dans d’autres systèmes scolaires fait ressortir la spécificité des choix nationaux.

Enfin, une troisième partie interroge les façons dont les enseignantes et enseignants traduisent dans leurs pratiques des prescriptions institutionnelles de plus en plus internationalisées comme l’acquisition de compétences ou les « éducation à » : cet appel au décloisonnement et à l’interdisciplinarité interroge les raisons qui font que ces tendances de fond connaissent dans le même temps un processus de disciplinarisation qui s’appuie sur les fondements épistémologiques des différentes sciences humaines et sociales.

Continuer la lecture de Enseigner les sciences humaines et sociales : entre savoirs et société