Apprendre (dans) l’école inclusive

Reverdy Catherine (2019). Apprendre (dans) l’école inclusive. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 127, janvier. Lyon : ENS de Lyon.

(Egalement en ligne sur le site de l’IFE : http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=127&lang=fr)

Disponible au format PDF : 127-janvier-2019

Résumé

L’école inclusive telle qu’elle est présentée dans les textes internationaux a vocation à faire accéder tou.te.s les élèves à une éducation de qualité dans leur école ou leur établissement de secteur. Souvent traduite dans les faits par la scolarisation des élèves en situation de handicap, elle recouvre en réalité toutes les manières possibles, pour les systèmes éducatifs, de répondre à l’ensemble des besoins éducatifs des élèves, quels qu’ils soient.

Ce Dossier de veille de l’IFÉ apporte des éclairages historiques et conceptuels sur les termes souvent confondus d’adaptation, d’intégration, d’inclusion et d’école inclusive, notions dont l’usage est très dépendant des contextes nationaux. Il présente l’exemple de l’Italie, qui sert souvent de modèle aux politiques éducatives françaises sur le sujet, un pays qui a engagé dès les années 1970 une prise en charge du handicap directement dans les écoles. Côté français, depuis le début du XXe siècle, les histoires du traitement à l’école du handicap et des élèves en difficulté sont entremêlées et se partagent entre plusieurs ministères, si bien que les élèves à besoins éducatifs particuliers sont actuellement pris en charge sur plusieurs lieux, où se croisent des cultures professionnelles très différentes.

La mise en œuvre de l’école inclusive dans les classes reste donc difficile, parce qu’elle entraine une coopération indispensable entre des intervenant.e.s ayant chacun.e des représentations et un regard particulier sur les élèves et leurs besoins, dévoilant l’équilibre toujours fragile entre l’intérêt collectif de l’école inclusive et les intérêts parfois divergents d’élèves toujours singuliers.

Lire la suite

Que fait le corps à l’école?

Gaussel Marie (2018). Que fait le corps à l’école ? Dossier de veille de l’IFÉ, n° 126, novembre. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : 126 -novembre-2018

Résumé  

Que les êtres se définissent par une existence charnelle ou par une conscience désincarnée, l’articulation entre corps et esprit reste une notion difficile à penser et à aborder comme le montre l’évitement de la question de la matérialité des corps en contextes scolaires dans la littérature de recherche. Cette absence de questionnement sur la place du corps à l’école est en elle-même une information significative qui pointe les paradoxes actuels de cet objet de recherche : le corps, ses fonctions, ses attributs sont à la fois omniprésents dans les médias contemporains mais semblent être un impensé des réflexions menées sur les lieux d’éducation et de formation.

Pourtant, corps des élèves et corps des enseignant.e.s sont indissociables des personnes qu’ils incarnent et les « esprits » ne se promènent pas tous seuls dans la cour de récréation ni dans la salle des professeur.e.s. Le Dossier de veille n°126 du mois de novembre 2018 souhaite interroger la notion du corps à l’école, en particulier  lors de la période adolescente, que ce soit dans la prise en compte du corps des élèves dans l’enceinte scolaire, au niveau des représentations enseignantes et adolescentes liées au corps, pendant les apprentissages du et sur le corps et enfin dans les espaces et interactions corporels. Les relations entre climat scolaire, bienêtre à l’école et usages sociaux du corps sont également évoquées.

Les problématiques de corporéité et d’incorporation sont présentées en filigrane pour mieux saisir le poids de la dualité corps/esprit qui pèse sur les liens entre corps et conscience, entre corps vivant (physiologique) et corps vécu (ou sensible) sur lequel les expériences quotidiennes marquées par la culture semblent prendre le pas sur la naturalité de l’organisme.

Continuer la lecture de Que fait le corps à l’école?

Regards sur l’éducation à la citoyenneté

Ravez Claire (2018). Regards sur l’éducation à la citoyenneté. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 125, juin. Lyon  : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF (40 p.) : 125-juin-2018

Résumé

Depuis une dizaine d’années, l’éducation à la citoyenneté fait dans le champ scolaire français l’objet de mutations curriculaires fréquentes, les textes officiels se succédant les uns aux autres. Ce Dossier de veille n° 125 se propose de replacer ces évolutions dans les questionnements plus larges qui informent la réflexion éducative, scientifique et internationale, sur ce thème.

La notion d’éducation à la citoyenneté est d’abord présentée au sein d’un paysage notionnel complexe, entre science politique, sociologie et didactique disciplinaire, ici entre citoyenneté, « éducation à » et socialisation politique, et dans un cadre institutionnel mettant de plus en plus en avant la notion de compétence. Finalité proclamée des systèmes éducatifs, la formation des citoyens et des citoyennes est également interrogée au vu des autres missions de l’École, de ses liens avec son environnement, et de son éventuelle efficacité.

Les dimensions que prend l’éducation à la citoyenneté dans le champ scolaire ont fait l’objet de nombreux débats récents. L’enseignement moral et civique introduit en 2015 comme discipline à tous les niveaux scolaires permet de dégager de grands axes d’analyse : tensions entre émotion et raison, dialogue entre savoirs et valeurs, construction collective et critique d’une culture démocratique par le biais de divers enseignements.

Les acteurs du système éducatif s’emparent de façon spécifique de l’éducation à la citoyenneté. Élèves, enseignants, personnels de vie scolaire et de direction, partenaires éducatifs articulent de façon diverse idéaux et principes d’une part, expériences et pratiques quotidiennes de l’autre, en lien avec un espace et une forme scolaires perçus ou non comme favorables au développement d’une identité citoyenne.

Continuer la lecture de Regards sur l’éducation à la citoyenneté

À l’école des compétences sociales

Gaussel Marie (2018). À l’école des compétences sociales. Dossier de veille de l’IFÉ, n°121, janvier. Lyon: ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : 121-janvier-2018

Résumé

Au cours des dernières décennies, la notion de compétence s’est imposée dans un grand nombre de champs de pratiques professionnelles et s’est diffusée au sein du monde éducatif, de la maternelle à la formation des adultes. Le débat autour des compétences soulève cependant de nombreuses questions sur la façon dont l’école doit gérer leur apprentissage. Plusieurs problèmes se posent de façon récurrente sur leur articulation avec les programmes d’enseignement et sur leur mise en œuvre. La tâche s’avère encore plus grande lorsque l’on se penche sur la notion de compétences dite sociales, émotionnelles ou encore transversales, souvent mises en opposition à la notion de compétences académiques, disciplinaires ou cognitives, les premières peinant à être reconnues au sein de l’école alors qu’elles sont de plus en plus valorisées dans le monde du travail.

Aujourd’hui, en France, le diplôme national du brevet vient sanctionner l’acquisition des compétences décrites dans le socle commun de connaissances, de compétences et de culture dont notamment les compétences acquises dans le domaine 3, portant sur la formation de la personne et du citoyen. L’enseignement moral et civique (EMC) préconise que ces compétences prennent en compte quatre dimensions : la sensibilité, la règle et le droit, le jugement et l’engagement.

Quelles sont les missions de l’école aujourd’hui ? Est-ce de transmettre aux enfants des savoirs savants ?Est-ce de mieux les préparer à la vie qui les attend, de leur apprendre à gérer leurs émotions, d’éveiller leur sentiment d’empathie ? Dans quelle mesure le système éducatif contribue t-il au développement de ces compétences et le fait-il de manière consciente ?

Ce dossier de veille présente des problématiques récurrentes sur le rôle de l’école dans l’acquisition des compétences sociales et sur la possibilité de les évaluer. Il s’interroge aussi sur l’importance de l’expérience scolaire vécue par les élèves et sur les liens entres compétences sociales et réussite scolaire.

Continuer la lecture de À l’école des compétences sociales

Le travail collectif enseignant, entre informel et institué

Gibert Anne-Françoise (2018). Le travail collectif enseignant, entre informel et institué. Dossier de veille de l’IFÉ, n°124, avril. Lyon : ENS de Lyon.

Disponible au format PDF : 124-avril-2018

Résumé

Dans un contexte de complexification du métier d’enseignant, générant parfois des abandons, le travail collectif constitue-t-il une piste ? Quelle est la réalité des termes « travail collectif » ou « collectif enseignant » ? Dans quelle mesure le travail collectif ou collaboratif des enseignant.e.s est-il profitable ? Quels changements induit-il sur le travail des enseignant.e.s ?

La première partie de ce Dossier de Veille n°124 d’avril 2018, examine le contexte et les besoins de travail collectif enseignant et en dégage les principaux enjeux à l’aune des travaux scientifiques récents. Y sont détaillés en particulier les concepts anglo-saxons de Communautés d’apprentissage professionnels (CAP).

La deuxième partie s’intéresse aux conditions d’émergence des collectifs : engagements choisis, recherches, formations, dispositifs d’inclusion. Les formes que prennent ces collectifs sont développées avec de nombreux exemples dans le contexte français.

La troisième partie, s’appuyant sur des modèles issus de la littérature scientifique internationale, identifie les caractéristiques des Communautés d’apprentissage professionnelles susceptibles de soutenir l’efficacité professionnelle et de permettre une reconnaissance collective du métier. Continuer la lecture de Le travail collectif enseignant, entre informel et institué